Renault valide un projet blockchain grandeur nature à l’usine de Douai

Le groupe Renault a testé la blockchain afin d’améliorer la certification de la conformité des véhicules. Démarré en 2019, XCEED est un projet digital issu de la collaboration des grands acteurs de l’industrie automobile.

Une blockchain testée avec Faurecia et Plastic Omnium

Le projet a été testé en grandeur nature à l’usine de Douai avec les partenaires équipementiers, Faurecia, Plastic Omnium, Continental et Saint-Gobain. Le groupe Renault a développé le projet blockchain XCEED (eXtended Compliance End to End Distributed) dont l’objectif est de certifier la conformité des composants d’un véhicule depuis la conception jusqu’à la production.

XCEED est un outil pour répondre aux demandes croissantes de transparence

XCEED est un outil pour répondre aux demandes croissantes de transparence. Il a été conçu et déployé avec de grands acteurs de la filière automobile. L’outil doit permettre au constructeur automobile d’être plus réactif et plus efficient dans un contexte réglementaire de plus en plus exigeant.

Le test effectué à l’usine de Douai a permis de valider la valeur et la performance de la technologie blockchain pour l’industrie automobile, avec plus de 1 million de documents archivés et une vitesse de 500 transactions par seconde. « Nous sommes convaincus que la blockchain est un vecteur de la transformation de l’industrie automobile » déclare Odile Panciatici, Vice Présidente Blockchain chez le Groupe Renault. « La technologie Blockchain prend tout son sens dans un écosystème vaste qui fait intervenir différentes entreprises et qui fait le lien entre les différents processus, systèmes d’informations et bases de données des partenaires » rappelle-t-elle.

La chaîne de production doit répondre aux demandes des autorités

« Dans l’industrie automobile, où nous échangeons avec de multiples acteurs extérieurs à l’entreprise, nos fournisseurs, nos clients, les distributeurs indépendants, etc… les usages d’une telle technologie sont multiples » termine la responsable. Un nouveau règlement de surveillance du marché est entré en vigueur le 1er septembre et implique une multiplication des contrôles réglementaires des véhicules déjà mis sur le marché. L’ensemble de la chaîne de production doit ainsi adapter sa structure pour répondre aux autorités dans des délais réduits.

Le projet est basé sur la technologie blockchain Hyperledger Fabric et déployé avec IBM

Le projet XCEED est basé sur la technologie blockchain « Hyperledger Fabric » et déployé en collaboration avec la société IBM. Il vise à tracer et à certifier la conformité réglementaire des composants et sous-composants des véhicules. La technologie blockchain cible le partage et le suivi des informations entre plusieurs acteurs. Elle doit permettre une meilleure réactivité dans les échanges, avec des données disponibles en temps réel et une plus grande efficacité au sein d’un réseau qui n’est plus centralisé, mais distribué entre les différents acteurs.

Dans le cas de XCEED, la blockchain vise à créer un réseau de confiance entre les équipementiers et les constructeurs automobiles pour partager des informations de conformité. La nature décentralisée de la technologie blockchain permet à chaque partie de conserver le contrôle et la confidentialité de ses données, sans intrusion, tout en renforçant la sécurité et la confidentialité. C’est la sécurité et la confidentialité délivrées par la blockchain qui a permis de réunir l’écosystème automobile autour de cette initiative. La méthodologie agile a été adaptée dans un contexte de multi-entreprises pour l’échange de données et la gestion de projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !