Virtualisation : des prestataires IT alertent sur l’augmentation des prix de VMWare

Broadcom modifie les conditions de licence de la virtualisation VMware

Des fournisseurs IT réunis au sein du CISPE alertent les autorités européennes de l’augmentation des prix de la virtualisation de VMware à venir dans les prochains jours suite au rachat par Broadcom.


Considérer Broadcom comme un gatekeeper du DMA


L’organisation CISPE (Cloud Infrastructure Service Providers of Europe) appelle les régulateurs, les législateurs et les tribunaux de toute l’Europe à examiner rapidement les actions de Broadcom qu’elle accuse d’avoir annulé unilatéralement les termes de la licence pour les logiciels de virtualisation de VMWare essentiels à l’informatique de la plupart des entreprises. Le CISPE appelle l’Europe à considérer Broadcom comme un gatekeeper au sens de la réglementation DMA (Digital Markets Act) afin de desserrer l’étau qu’il impose au marché.

Des acteurs tels que AWS, DSOutscale ou Ikoula

Le CISPE représente des acteurs prestataires de services Cloud en Europe connus en France tels que AWS, DSOutscale, Ikoula, Infoclip, Clever Cloud ou Oxya. Dans un communiqué sans ambages, l’organisation estime que la résiliation brutale du contrat de Broadcom et l’imposition de nouvelles conditions de licence prohibitives vont décimer l’infrastructure Cloud européenne. L’organisation affirme que Broadcom, un géant américain de la technologie, a annulé unilatéralement toutes les licences des logiciels VMware suite à son acquisition de la société l’année dernière.

Le CISPE parle d’ « augmentations de prix flagrantes et injustifiées »

Selon le CISPE, les fournisseurs de services Cloud et leurs clients sont laissés dans le flou, sans savoir clairement comment, quand ou s’ils pourront obtenir une licence pour les logiciels VMware à partir du 1er avril 2024. Le CISPE parle d’ « augmentations de prix flagrantes et injustifiées ». CISPE réclame, au minimum, une pause immédiate dans les résiliations de contrats et la possibilité pour les clients de mettre fin au contrat pluriannuel imposé par Broadcom dès que des alternatives viables deviennent disponibles.


Selon le CISPE, leurs clients finaux, qu’il s’agisse de champions nationaux ou de services du secteur public, de PME ou de startups, déclarent qu’ils ne seront pas en mesure de fournir tout ou partie de leurs services en ligne si ce problème de licence VMWare n’est pas résolu. « Dans certains cas, il s’agit notamment de services médicaux vitaux » souligne le CISPE.

Un préavis de quelques semaines et une modification de l’offre

Les membres du CISPE déclarent que dans de nombreux cas, les avis de résiliation ont été reçus tardivement, voire pas du tout, avec un préavis de quelques semaines seulement. Le CISPE affirme que des centaines de produits ont été supprimés sans préavis, et que les produits restants ont été regroupés dans le cadre de nouvelles conditions contractuelles, sans aucune modification technique ni développement logiciel, ce qui aurait pour effet d’augmenter injustement les coûts pour les clients.

Des fournisseurs se sentent poussés à accepter des conditions de licence injustes en raison des courts délais imposés

De plus, les fournisseurs membres du CISPE déclarent ne même pas savoir s’ils seront même invités à participer aux nouveaux programmes de partenariat de Broadcom. Ceux qui sont invités affirment se sentir poussés à accepter des conditions de licence injustes en raison des courts délais imposés pour signer. Les nouvelles conditions incluent des engagements minimum s’élevant à plusieurs dizaines de millions d’euros sur des périodes de trois ans, poursuit le CISPE. 


« À l’heure où nos membres s’efforcent de répondre aux exigences de commutation et de portabilité entre les services Cloud décrites dans le Data Act, Broadcom tient le secteur en otage en tirant parti de la domination de VMware sur le secteur de la virtualisation pour appliquer des conditions de licence injustes et extraire des loyers injustes. des clients Cloud européens » accuse Francisco Mingorance, secrétaire général du CISPE. 

Les fournisseurs de logiciels dominants doivent être considérés comme des gatekeepers


Le CISPE demande que Broadcom soit considéré comme un gatekeeper, un gardien d’accès à internet, au sens du DMA (Digital Markets Act). Les actions de Broadcom doivent être considérées comme celles d’un acteur dominant dans la mesure où il impose aux clients des conditions « à prendre ou à laisser » poursuit le CISPE. Le CISPE appelle les régulateurs à examiner rapidement les actions de Broadcom et à lui demander des comptes.

Selon les chiffres du CISPE, VMWare détenait 45% du marché de la virtualisation en 2023. et il est la seule option viable dans certaines applications spécifiques du secteur Cloud qui doivent être certifiées par des fournisseurs de logiciels ou de services. « Les fournisseurs de logiciels dominants, dans tous les secteurs, depuis les logiciels de productivité jusqu’à la virtualisation, ne doivent pas être autorisés à exercer un pouvoir de vie ou de mort sur les écosystèmes numériques européens » conclut le CISPE.

Une réaction sur “Virtualisation : des prestataires IT alertent sur l’augmentation des prix de VMWare” :

  1. Ophelie

    Cet article met en lumière les préoccupations du CISPE (Cloud Infrastructure Services Providers in Europe) concernant la résiliation soudaine des contrats de VMware par Broadcom et ses implications potentiellement dévastatrices pour l’infrastructure cloud européenne. En effet, les fournisseurs de services cloud, représentés par le CISPE, dépendent étroitement de l’infrastructure des data center pour fournir des services de cloud computing univirtual essentiels à leurs clients. Dans le paysage numérique actuel, le cloud computing https://www.univirtual.ch/fr/business-core/digital-strategy-consulting/audit-consulting-infrastructure-cloud-computing-security joue un rôle central dans la fourniture de services en ligne, de stockage de données et de traitement informatique. Ces services reposent largement sur des logiciels de virtualisation tels que VMware, qui permettent aux data center de gérer efficacement les ressources informatiques et de fournir des solutions flexibles et évolutives aux entreprises et aux utilisateurs finaux. La décision unilatérale de Broadcom de résilier les licences des logiciels VMware suite à son acquisition de la société l’année dernière a créé une incertitude majeure pour les fournisseurs de services cloud en Europe. Cette action met en péril la continuité des opérations pour ces fournisseurs, compromettant leur capacité à fournir des services cloud fiables et sécurisés à leurs clients. Les data center, qui constituent le socle de l’infrastructure cloud, sont confrontés à des défis sans précédent alors qu’ils doivent rapidement trouver des solutions de remplacement pour les logiciels VMware. Cette situation soulève des questions cruciales concernant la sécurité, la fiabilité et la conformité réglementaire des alternatives disponibles sur le marché. En outre, l’incertitude entourant la disponibilité future des licences VMware crée un climat d’instabilité pour les fournisseurs de services cloud et leurs clients. Les entreprises qui comptent sur ces services pour leurs opérations quotidiennes se retrouvent confrontées à des risques potentiels en matière de continuité des activités et de conformité réglementaire. Dans ce contexte, le CISPE appelle à une action urgente pour résoudre cette crise et protéger l’infrastructure cloud européenne. Il souligne l’importance de maintenir des relations constructives entre les fournisseurs de services cloud et les fournisseurs de logiciels de virtualisation pour assurer la stabilité et la résilience de l’écosystème numérique européen. En conclusion, cette situation met en évidence les défis complexes auxquels sont confrontés les acteurs du cloud computing et de l’infrastructure des data center en Europe. Il est impératif de trouver des solutions rapides et efficaces pour garantir la continuité des opérations et la sécurité des services cloud dans un environnement en constante évolution.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *