Le ministère des armées organise son premier hackathon dédié à l’intelligence artificielle

Bertrand Rondepierre, AMIAD © Vincent Allibert / Ministère des Armées

Du 23 au 25 avril, la Délégation à la transformation et à la performance ministérielles (DTPM) accueille le « IA DATA HACK » dans les locaux de l’Albert School, à Paris.  

Un jury présidé par le directeur de l’Agence ministérielle pour l’intelligence artificielle de défense


L’événement s’inscrit dans un cadre interministériel. Il rassemblera 130 étudiants, coachés par des experts, engagés par équipes dans des challenges. Le jury remettra les prix aux lauréats le 25 avril dans la soirée. Le jury est présidé par Bertrand Rondepierre, directeur de l’Agence ministérielle pour l’intelligence artificielle de défense (AMIAD).

Cet événement est inédit et se positionne au cœur de « l’écosystème IA ». Il  doit permettre de renforcer les liens avec des partenaires stratégiques tels que le consortium OpenLLM France, spécialisé dans l’IA générative, et l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), impliqués dans ce Hackathon.


Présence du conseiller « intelligence artificielle » du ministre des Armées

Le ministère souligne que le challenge se déroulera en présence des plus hautes autorités du ministère dans le domaine de l’intelligence artificielle, notamment le conseiller « intelligence artificielle » du ministre des Armées.

Durant les trois jours, les étudiants accompagnés de mentors, vont relever plusieurs défis liés à l’intelligence artificielle. Ces étudiants sont de niveau cycle ingénieur en Data science et IA ou en bachelor Data et business. Ils sont issus de quatre écoles, EPITA, ENSTA, ECE et Albert School,

Détecter des objets similaires en vision par ordinateur

Des masterclass leur seront aussi proposées sur des thématiques d’envergure animées par des experts du ministère des Armées et des spécialistes externes. Par exemple, une thématique sera la détection d’objet similaire en vision par ordinateur.

Le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer, représenté par la Direction de la transformation numérique (DTNUM) ainsi que la Délégation ministérielle pour l’intelligence artificielle (DMIA) seront engagés en tant que mentors et jurys intermédiaires, de même que la Direction interministérielle du numérique (DINUM) et sa directrice, Stéphanie Schaer (également membre du grand jury). 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *