Les utilisateurs de SAP dressent leur liste pour un numérique plus responsable

A l’occasion d’une tribune, publiée une semaine avant son événement annuel, l’USF, association des utilisateurs francophones de SAP, dresse la liste des règles à suivre en informatique afin d’évoluer vers un monde plus responsable.  L’USF organise, les 5 et 6 octobre prochain à Lyon, sa Convention annuelle sur le thème : « Le numérique responsable, tous acteurs  ».

Une stratégie d’achat appuyée sur des certifications green contraignantes

Cela passe d’abord par une stratégie d’achat plus responsable, dans laquelle les responsables SAP demanderont à leurs fournisseurs de produire des logiciels et des infrastructures moins énergivores dans leur codage, ou utilisant davantage d’énergie renouvelable. Pour cela, ils auront recours à des certifications « green » engageantes.

Il faut des matériels informatiques conçus pour des durées de vie plus longues et réparables

Ils proposent également de choisir des matériels informatiques conçus pour des durées de vie plus longues, réparables et exempts d’obsolescence programmée. Ils souhaitent dans le même temps, éduquer leurs propres utilisateurs sur la pollution numérique. Il s’agit de faire adopter de nouveaux gestes responsables afin de ne pas envoyer de mails avec des pièces jointes mais avec des liens vers des lieux de stockage, de limiter l’usage de la vidéo dans les réunions à distance, etc.

Ces responsables proposent par ailleurs d’ouvrir leurs DSI (Directions des systèmes d’information) à de nouveaux profils, afin de faire des métiers du numérique des vecteurs d’inclusion et d’insertion dans le monde professionnel. « De nouvelles perspectives s’ouvrent actuellement dans le monde du système d’information, et cela peut être un moyen de créer l’ascenseur social de demain » annonce la tribune.

Prévoir l’accès de personnes ayant des difficultés de lecture

Enfin, les responsables SAP veulent un accès au numérique pour tous. Cela nécessite de  penser le design de leurs outils numériques pour tous les usagers, y compris les handicapés visuels ou les personnes âgées, pour qui le parcours utilisateurs sur un site web peut encore aujourd’hui virer au calvaire.

Les émissions de gaz à effet de serre de la filière informatique appelées à doubler d’ici 2025

La tribune de l’USF s’appuie sur quelques indicateurs.  Elle cite les 3,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre dont est responsable la filière informatique dans son ensemble. Ce chiffre sera amené à doubler d’ici 2025, souligne l’USF, avec la forte augmentation des usages numériques, laissant présager un impact de plus en plus grand de l’IT dans la consommation électrique globale, déjà de 10% aujourd’hui en France.

L’USF a été créée en 1989. Elle a pour objectif l’échange de connaissances et le partage d’expériences entre les utilisateurs francophones de toutes les solutions SAP et l’écosystème de l’éditeur, ainsi que l’influence sur SAP. Aujourd’hui, l’USF rassemble 3 600 membres issus de 450 entreprises. Cela représente 75 % des entreprises du CAC40 et 66 % du SBF120 et 50 administrations ou établissements publics.

Une tribune signée par les 9 membres du comité exécutif 2022 de l’USF

Depuis le 1er décembre 2016, Gianmaria Perancin, Président de l’USF, préside également le SUGEN (SAP User-Group Executive Network), réseau international des 23 associations d’utilisateurs SAP les plus importantes au monde (à l’exception du DSAG et de l’ASUG), créé en 2007. La tribune de l’USF s’appuie sur The Shift Projet mars 2021 – Impact environnemental du numérique : tendances à 5 ans et gouvernance de la 5G et ADEME janvier 2022 – Numérique responsable : et si nous adoptions les bons réflexes ?

La tribune est signée par les neuf membres du comité exécutif de l’association :

Francois Erignoux, Business Process & Systems Architecture chez Engie
Bernard Cottinaud, SAP Competency Center IT Manager chez Bouygues Construction
Erwan Le Moigne, Directeur Informatique du Laboratoire de la mer
Simon Redondie, Architecte solutions SAP chez la Gendarmerie Nationale
Gianmaria Perancin, Head of Competence Center SAP Utilities B2C chez EDF
Patrick Cilia, SIRH Paie & Gestion des Temps chez Bouygues Telecom
Mathilde Fleury, Software Asset Manager chez INTER MUTUELLES ASSISTANCE – IMA
Eric Rémy, Architecte d’entreprise chez EDF
Christophe Cannie, Directeur IS – Business Technologies chez BioMérieux



Une réaction sur “Les utilisateurs de SAP dressent leur liste pour un numérique plus responsable” :

  1. Avatarcollectif Green IT

    L’initiative est intéressante.

    Mais c’est étrange cette focalisation sur les émissions de gaz à effet de serre alors que l’étude Ademe-Arcep citée dans la tribune rappelle pourtant que 52 % des impacts du numérique en France sont associés à l’épuisement des ressources abiotiques, 28 % aux radiations ionisantes, et « seulement » 11 % aux émissions de GES. Pourquoi focaliser l’attention sur 11 % du problème ?

    cf. Etude Ademe Arcep , pages 97, Tableau 63 – Résultats normalisés et pondérés
    https://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etude-numerique-environnement-ademe-arcep-volet02_janv2022.pdf

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *