Le Green IT signe son retour dans les DSI des entreprises

La sobriété numérique des Data Centers questionnée

A l’heure du développement durable, le Green IT rebaptisé « frugalité ou sobriété numérique » ou « digital sustainability » fait son retour sur le devant de la scène. Concrètement, il s’agit de réduire l’empreinte écologique, ou les émissions de gaz à effet de serre dues à l’informatique et au numérique. Cela concerne aussi bien les Data Centers que les smartphones. Le « Green IT » avait fait la une de la presse il y a 10 ans et force est de contacter que depuis le sujet semblait avoir disparu des préoccupations des DSI et des entreprises.

La pression des réglementations européennes

C’est à une renaissance de la thématique que l’on assiste. Les réglementations européennes poussent à la frugalité. Un livre blanc du Cigref pointe que la loi Energie & Climat de novembre 2019 fixe la neutralité carbone en 2050. « L’Europe nous met des échéances, avec le Green Deal, il faut une réduction de 55% [NDLR : des émissions de carbone] d’ici 2030 » souligne Véronique Torner, membre de Syntec Numérique, en charge du programme Numérique Responsable et de l’initiative Planet Tech’Care. S’y ajoute la loi AGEC du 10 février 2020, la loi Anti-Gaspillage pour une Economie Circulaire qui traite du recyclage et de l’obsolescence logicielle.

L’apport de l’informatique à la protection de la planète n’est pas mis en avant

Etonnamment, on constate que l’accent est surtout mis du côté des responsables informatiques sur l’impact négatif global de leurs équipements, depuis leur fabrication jusqu’à leur recyclage. Ils s’intéressent nettement moins à présenter l’apport crucial de leurs applications informatiques dans la réduction de l’empreinte carbone de leur entreprise, ne serait-ce par exemple que par l’optimisation des chaînes logistiques ou par la mise en place du télétravail.

Quoiqu’il en soit, les organisations abordent le sujet avec des maturités différentes. La Poste indéniablement possède une longueur d’avance. « Nous sommes sur le chemin de la sobriété numérique » commente Muriel Barnéoud, directrice de l’engagement sociétal du groupe La Poste. « Notre comité Green IT a été rebaptisé comité du numérique responsable. Il se réunit tous les 3 mois. Il est ouvert aux représentants RSE, à la DSI, et aux achats IT du groupe » présente-t-elle.

Les prestataires de La Poste seront inclus dans la démarche

En 2018, ce comité a mesuré l’empreinte du parc informatique de La Poste. L’enjeu est désormais l’extension des critères RSE aux prestataires de La Poste. « C’est un sujet fondamental, et la puissance d’achat est là pour transformer le monde » suggère Muriel Barnéoud. La Poste mesure les émissions de gaz à effet de serre  (GES) en utilisant l’outil Green Argile développé avec la société Systancia.

« L’outil mesure les émissions de gaz à effet de serre en tenant compte de la fabrication de l’équipement« 

« L’outil permet de mesurer les émissions de GES du parc informatique en tenant compte de l’ensemble du cycle de vie, la fabrication de l’équipement informatique, son usage et sa fin de vie » ajoute-t-elle. Le recueil des bonnes pratiques élaboré par le Cigref souligne cette nécessité de prendre en compte le cycle de vie complet d’un équipement informatique, depuis sa fabrication et son recyclage. Le rapport du Cigref élaboré avec Le Shift Project dénombre pas moins de 100 recettes, et peut être suivi comme un guide par les entreprises.

Que manque-t-il à La Poste dans sa démarche actuellement ? « Nous réalisons des ACV, des analyses du cycle de vie, du début d’un produit jusqu’à sa fin. Aujourd’hui, nous le faisons sur nos offres une fois qu’elles ont été développées. Ce qui me manque ce sont les métriques qui permettraient d’avoir ces évaluations au moment où les Product Owners et où les marketeurs, commencent à concevoir une offre et à formuler leurs demandes » regrette Muriel Barnéoud.

Les clients veulent une Poste respectueuse de l’environnement

Quel est le secret pour réussir une démarche RSE ? « Le secret c’est de relier le sens et le business pour tous les sujets de préservation de la planète. Le sens est incarné dans les offres que nous faisons auprès de nos clients. Nous voulons une Poste neutre en carbone sur toutes ses composantes, et on l’est aujourd’hui. Nos clients nous le demandent. Ils ont commencé sur les aspects logistiques. Ils le demandent sur les offres numériques que nous mettons sur le marché. Nous n’avons pas le choix » conclut-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L'actualité du digital

    Le meilleur de la transformation des entreprises


    Restez connecté !