Le DSI toujours aux commandes de l’essentiel des achats de technologie

Il y a peu de budgets en nouvelles technologies qui échappent totalement aux DSI. C’est la conclusion d’une étude de Forrester Research. Seulement 7,2% des dépenses en nouvelles technologies sont réalisées par les responsables métiers sans aucune intervention de la DSI. 

Ce sont environ 17,2% des dépenses en nouvelles technologies de l’information qui échapperont aux DSI (Directions des Systèmes d’information) et seront gérées par les métiers en 2015, selon l’institut d’études Forrester Research, dans une analyse qui vient d’être publiée. Les chiffres concernent uniquement les Etats Unis, et s’appuient sur l’étude des années 2009 à 2015.

7,2% gérés par les métiers seuls

Dans ces dépenses en nouvelles technologies, seulement 7,2% échapperont totalement aux DSI en 2015 selon Forrester Research.  Ces 7,2% d’achats seront réalisés par les entités métiers sans implication des responsables informatiques. Ce pourcentage ne devrait pas s’accroître beaucoup plus estime Forrester Research.

Pour une autre partie des dépenses en nouvelles technologies, évaluée à 10% des budgets, la dépense est lancée par les responsables métiers et la DSI n’est impliquée qu’à partir du moment de la mise en œuvre et de la gestion.

Un tiers des achats conjoint

Une  grosse partie des achats, qui dépasse 33% des dépenses, sera constituée par des projets où la DSI et les métiers gèrent conjointement toutes les étapes du processus d’achat des nouvelles technologies.

Enfin, le reste, la partie qui va se réduire légèrement depuis 55% en 2009 vers 47% en 2015, consiste en une combinaison entre des nouveaux projets d’informatique classique, qui sont lancés par le service informatique en impliquant les métiers, et que la DSI implémente et gère, et des achats techniques spécifiques où la DSI gère toutes les phases.

5 modèles de collaboration entre métiers et DSI

Forrester Research identifie 5 modèles pour le cycle de vie de choix et de mise en œuvre d’une solution technique informatique. Dans le premier, le métier ne fait jamais appel à la DSI. Il identifie le besoin, choisit les vendeurs et gère le vendeur et la solution, ainsi que son renouvellement.

Dans le deuxième modèle, le métier démarre le projet. Il identifie et choisit les vendeurs. C’est lors de la mise en œuvre de la solution que le métier débute l’implémentation et la passe à la DSI. La gestion du vendeur et de la solution est réalisée ensuite par la DSI.

Dans le troisième scénario, le métier identifie le besoin, finance et priorise le projet en dialoguant avec la DSI. Le choix de la solution et son implémentation sont réalisés en accord entre le métier et la DSI. La gestion de la solution est assurée par la DSI.

L’approche informatique classique

Dans une quatrième approche, celle des projets informatiques classiques destinés aux métiers, c’est la DSI qui identifie le besoin. Elle se rapproche du métier afin de le prioriser et de le financer. Les autres étapes de choix des solutions et de l’implémentation sont réalisées avec le métier. La gestion de la solution est assurée par la DSI. Enfin, dans le dernier scénario, la DSI gère toutes les étapes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !