Compréhension commune de la donnée : Maisons du monde choisit un Data catalogue


Dans la gestion de toute entreprise, un enjeu clé est l’usage d’indicateurs de performance qui soient compris de tous et de la même manière.  Or, le plus souvent chaque service voire chaque manager définit ses KPIs (Key Performance Indicators) en utilisant des dénominations qui peuvent mener à des ambiguïtés et des incompréhensions.

La définition du Chiffre d’Affaires dépend du point de vue

La définition du chiffre d’affaires par exemple peut varier selon chaque point de vue.  C’est ce que constate Elodie Prudhomme, Chief Data Officer de Maisons du Monde depuis juillet 2021. La Chief Data Officer a pris la parole lors de l’événement « Rencontres du digital et de la finance » organisé par l’Association Nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG), le 8 avril 2022.

Maisons du Monde va mettre en place un catalogue de données, un Data catalogue

Dès lors, Maisons du Monde va mettre en place un catalogue de données, un Data catalogue, afin de documenter le sens de chaque indicateur présent dans les 60 tableaux de bord employés chez l’enseigne. Maisons du Monde commercialise des articles de décoration et de mobilier pour la maison. Maisons du Monde est présent dans 11 pays, principalement en Europe, dispose de 357 magasins, emploie 8500 personnes, dont 1000 personnes au siège et 40 personnes sur la data.

La Chief Data Officer souhaite un outil qui lui permette de mieux tracer la manière dont ses KPIs sont constitués, et qui aille plus loin que l’actuel dictionnaire de données qui a été créé historiquement chez Maisons du Monde. « Un KPI et un libellé vont correspondre à quelque chose de précis. Ce sont des choses que l’on documente, donc en général on sait de quoi on se parle » débute-t-elle. Elle reconnaît toutefois qu’un même terme peut recouvrir des réalités différentes, même si cela est connu dans l’entreprise.

Une solution de Data Catalogue pour tracer la façon de construire les KPIs

« Si l’on prend l’exemple du chiffre d’affaires, on sait que l’on peut avoir énormément de manières de le calculer mais à chaque fois c’est vraiment bien spécifié » indique-t-elle. « Là où les outils peuvent nous aider, les solutions de data catalogue, permettent vraiment de documenter précisément ces concepts, et elles ont aussi le bénéfice d’aller tracer la façon dont sont construits chacun de ces KPIs et de voir tous les traitements qui sont successifs » décrit-elle. « Cela enlève l’ambiguïté sur ces KPIs » se réjouit-elle.  

« On va savoir que c’est un CA qui va être plutôt au CA commandé plutôt qu’un CA à l’emporté »

Elle considère toutefois que les actuelles ambiguïtés qui peuvent exister dans les tableaux de bord sont connues. « Globalement, les ambiguïtés que l’on peut avoir, on va les connaître. On va savoir que cela va être un CA qui va être plutôt au CA commandé plutôt qu’un CA à l’emporté, et donc il y a des noms vraiment spécifiques » estime-t-elle. Une des équipes Data est par exemple dédiée à l’équipe financière et du contrôle de gestion. Elle dispose ainsi de toute une documentation des différents niveaux de marge et de leurs processus de calcul.

Pour la responsable, les incohérences cohabitent, mais l’enseigne n’est pas trop confrontée à l’incohérence.  L’idéal serait de pouvoir disposer dans chaque tableau de bord, de plusieurs niveaux de lecture. « Ce que j’aimerais c’est que dans chaque dashboard, on puisse dire j’ai peut être plusieurs niveaux de lecture, est-ce que j’ai mon CA emporté, mon CA délivré, etc. et avoir 4 ou 5 choix qui correspondent globalement à ce que collectivement on va être toujours amenés à utiliser » dit-elle. « Je sais que je vais avoir un tableau de bord avec une version du CA, un autre où j’ai l’autre version du CA, et peut-être [pourra-t-on] homogénéiser, et peut être proposer les différentes variations [des KPIs] dans chacun des dashboards » souhaite-t-elle.

Une cellule de gouvernance de la donnée se réunit chaque semaine

Il y a une forte appétence des équipes de l’enseigne à la donnée, depuis les équipes métiers jusqu’au Comex. Une cellule de Data gouvernance travaille au partage de cette culture commune de la data. Elle se réunit toutes les semaines. Elle documente des processus de construction de KPIs et définir certaines notions. Tout cela est accessible dans le data dictionnaire de Maisons du Monde. « Ce data dictionnaire est facilement accessible. Il vit et il est consulté. C’est un travail de longue haleine, c’est aussi une responsabilité de nos Data Owners [Responsables métiers en charge de la donnée sur leur périmètre métier] » présente la CDO.

« Nous avons envie que le Data catalogue soit un outil qui soit aussi alimenté et consulté par des profils métiers »

Le catalogue de données est une étape supplémentaire. « Nous voulons aller plus loin avec le Data catalogue. Nous avons envie que ce soit un outil qui soit aussi alimenté et consulté par des profils métiers, que cela ne reste pas un outil technique » poursuit-elle. « Nous avons fait le choix d’une solution très facile d’usage afin de fédérer le plus grand nombre de personnes en interne autour de cette initiative » termine-t-elle. Chez Maisons du Monde, sur les mille personnes du siège, ce sont 200 à 250 personnes qui ont accès aux solutions de Business Intelligence et de Data visualisation. Il existe une soixantaine de dashboards très utilisés. En 2021, un dashboard spécifique a été construit à destination du Board et du Comex. Il va livrer les KPIs qui vont servir le pilotage au niveau stratégique. Il y a des dashboards à destination des équipes plus opérationnelles.

Il peut exister des subtilités dans les définitions et dans le calcul des indicateurs. En ce qui concerne des concepts comme le client ou le magasin, il n’y a pas d’ambiguïté. « Nous sommes clairs sur ces concepts là » indique la responsable. En revanche, il existe plusieurs modes de calcul de la performance. « Toutes nos Business Units, nos équipes métiers, n’ont pas les mêmes pratiques. Certaines vont plutôt travailler sur du chiffre commandé, d’autres vont être plus sur du chiffre au moment de la livraison. On va travailler sur la marge, déduire les avoirs ou pas, certaines directions métiers vont intégrer ce qui est fait en ‘B to B’ ou pas » illustre Elodie Prudhomme. Pour autant, Maisons du Monde n’a pas forcément cherché à avoir un dashboard qui fait foi sur un sujet, parce que les équipes opérationnelles ont besoin de plus de granularité.

En introduction du tableau de bord, les concepts sont définis

En revanche, c’est la compréhension de ce que recouvre réellement chaque indicateur qui est important.  « On doit savoir à chaque instant de quoi on se parle, en page introductive de chaque dashboard, on définit tous les concepts, et toutes les notions qui sont abordées. Cela renvoie vers un Data Dictionnaire, construit en interne depuis des années » précise la CDO. « Du coup, nous sommes en train d’accélérer dans cette démarche pour que tout le monde se parle de la même chose chez nous quand on consulte un dashboard. On est en train de se doter d’une solution de Data Catalogue marché, qui va nous permettre d’accélérer dans cette démarche là qui va nous rendre aussi beaucoup plus efficace dans l’interprétation et l’exploitation de nos données » conclut-elle.

Maisons du Monde n’a pas fait le choix d’une solution centralisée, et n’a pas de solution de Master Data Management

Côté référentiels, Maisons du Monde n’a pas fait le choix d’une solution centralisée, et n’a pas à proprement parler de solution de Master Data Management. Chaque direction métier de par son activité a son référentiel. C’est ainsi que la direction de l’offre a un référentiel produit, la direction marketing a un référentiel client, la direction supply a un référentiel concernant les transporteurs, le réseau de magasin a un référentiel magasin. Tous ces référentiels existent.

Côté DSI, les équipes techniques sont organisées en miroir par rapport à ces différentes directions métiers. Chaque équipe de la DSI dédiée au métier qui lui correspond, s’est occupée de mettre en place le référentiel ad hoc. La DSI gère les règles d’alimentation, de gestion, et de diffusion dans les applications clientes. Par exemple, sur le référentiel magasin, c’est un référentiel construit à partir de huit sources de données différentes et de règles définies. Maisons du Monde se positionne  à la fois comme une enseigne et une love brand. Elle a réalisé 1,3 milliard d’euros de ventes en 2021, dont 33% des ventes ont été effectuées en ligne. En France, cela inclut les activités opérées sur la marketplace, lancée en 2020.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *