Usage digital des décisions juridiques : Doctrine affronte Lexbase

Affrontements sur la digitalisation des décisions juridiques

La startup Doctrine.fr annonce qu’elle porte plainte pour diffamation contre Lexbase.  La startup réagit à la plainte pour recel déposée par Lexbase contre Doctrine.

Doctrine réaffirme la légalité de sa collecte des décisions juridiques

La legaltech Doctrine réaffirme que sa collecte des décisions juridiques est légale. Doctrine va saisir la justice pour dénoncer ce qu’elle considère comme des allégations mensongères formulées par l’éditeur juridique Lexbase.
Doctrine dénonce une tentative d’instrumentalisation de la justice par ses concurrents. « Il s’agit d’un acharnement judiciaire après deux décisions de justice déjà rendues en faveur de Doctrine » réagit Doctrine.

Doctrine considère qu’elle affronte un oligopole bicentenaire. « Pourquoi nos principaux concurrents s’acharnent devant les tribunaux, au lieu d’innover pour leurs clients ? » demande Doctrine. Doctrine réagit au fait que  Lexbase indique porter plainte parce que Doctrine aurait collecté de manière illicite, des décisions de justice publiques. Doctrine conteste ces accusations répétées. « Elles ont déjà fait l’objet de deux décisions de justice en notre faveur » insiste Doctrine.



Doctrine entame une procédure judiciaire en diffamation contre Lexbase

Dès lors, Doctrine annonce entamer une procédure judiciaire en diffamation afin de faire cesser ces agissements en son encontre. « Nous avons déjà expliqué maintes fois comment nous collectons des décisions de justice. Il n’est pas possible de laisser des concurrents prononcer des allégations mensongères à notre encontre » explique Hugo Ruggieri, Directeur juridique de Doctrine.

« Nous allons porter plainte pour diffamation et continuer à innover« 

« Nous sommes sereins face à cette nouvelle tentative de nous ébranler, nous allons porter plainte pour diffamation et continuer à innover » poursuit-il. Doctrine est une plateforme d’intelligence juridique. Elle vise à centraliser l’information juridique disponible pour la rendre accessible et pertinente pour les professionnels du droit comme les avocats, les juristes et les magistrats.

Pour Doctrine, la plainte déposée par Lexbase n’apporte aucun élément nouveau ni aucune nouvelle mise en cause. « C’est une plainte qui ressasse des accusations déjà colportées et jamais démontrées » estime Doctrine. La startup y voit une tentative de déstabilisation de la part d’acteurs installés qui n’acceptent pas la concurrence par l’innovation d’une « scaleup », et qui tentent par tous les moyens de conserver intact l’oligopole historique de l’édition juridique.

Appel au dialogue de la part de Doctrine

Doctrine lance un appel à la paix des braves. La startup indique que depuis 3 ans, elle souhaite un dialogue avec les éditeurs juridiques. « Ils devraient tous poursuivre le même objectif d’une meilleure diffusion des décisions de justice. A ce jour, cet appel est resté sans réponse » déplore Doctrine.

« Plutôt que de nous affronter devant les tribunaux, nous ferions mieux d’œuvrer ensemble« 

« Plutôt que de nous affronter devant les tribunaux, nous ferions mieux d’œuvrer ensemble pour un accès véritable des citoyens à l’information juridique » conclut Guillaume Carrère, DG de Doctrine. Doctrine revendique 10 000 professionnels du droit utilisant Doctrine au quotidien. Acteur de la legaltech française,

Doctrine a levé 12 millions d’euros depuis sa création en 2016. La société emploie 90 personnes et prévoit de développer ses activités à l’international afin de moderniser et rendre transparence la justice. Doctrine indique que 1 million de Français visitent chaque mois Doctrine.fr pour accéder à des informations juridiques très variées et mieux comprendre leurs droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *