Le magasin « 4 Casino » prépare un parcours client fluidifié par la reconnaissance d’image

En entrée du magasin "4 Casino", on peut s'identifier avec son smartphone

Le caillou dans la chaussure du nouveau magasin « 4 » de Casino, ouvert au 4 avenue de Franklin D. Roosevelt, en bas des Champs Elysées depuis le 3 octobre, est la nécessité d’utiliser l’application mobile Casino Max afin de scanner les produits et les payer si l’on souhaite l’expérience la plus indépendante possible.

Préparation d’une solution de reconnaissance d’image

Mais une solution où le client n’a pas à scanner les produits est en préparation active pour Casino avec la société XXII qui travaille sur la reconnaissance d’image, à la façon  d'”Amazon Go”.

La startup XXII a été créée il y a 3 ans par William Eldin qui s’enthousiasme pour le projet de Casino.

Une expérience totalement fluide dans 6 mois

L’expérience client totalement fluide est prévue entre décembre et le 1er trimestre de 2019, estime William Eldin. Cet agenda qui hésite entre 2 mois et 6 mois avant d’être opérationnel est lié aux difficultés techniques à reconnaître certains packagings.

Grâce à la reconnaissance d’image, l’objectif est que le client du « 4 » n’ait plus qu’à prendre les produits dans les rayons pour les placer dans son panier, sortir du magasin tout en étant reconnu et facturé automatiquement sur son compte Casino.

Les calculs menés à plein régime

Dès lundi 8 octobre, les calculateurs vont tourner à plein régime afin de recouper ce que la reconnaissance d’image développée par XXII a identifié en nombre de clients et de produits qu’ils prennent, et les factures de l’application Casino Max. Il s’agit de caler les algorithmes pour s’assurer d’une bonne correspondance et d’une spéculation correcte sur le prix du panier.

Une fois cette étape passée, qui pourrait durer 1 mois, il s’agira de reconnaître tous les produits disponibles en magasin. Et ce ne va pas être simple car il y a 10 000 références à identifier.

10 000 produits à photographier sous tous les angles pour les reconnaître

De plus, les distributeurs ne mettent pas à disposition une base de données de photos de tous les produits qu’ils commercialisent. Afin de créer une base de données d’apprentissage, tous les produits du “4 Casino” ont été photographiés à la main, sous tous les angles et tous les éclairages afin d’entraîner les algorithmes de reconnaissance d’image chez XXII. Une base de 500 produits a été constituée pour l’instant.

Mais tous les produits ne sont pas aisément reconnaissables. Certains packagings dont l’écriture est très petite, par exemple les épices, sont difficiles à identifier. Il est délicat par exemple de différencier entre le poivre noir et le poivre vert. Une centaine de références est dans ce cas. L’objectif est d’arriver à 90% de reconnaissance fiable, ce qui n’est pas loin du taux de démarque inconnue dans une grande surface, afin d’évaluer le coût du panier. XXII va s’appuyer sur un puissant serveur de calcul fourni par IBM, un AC922.

Un régime spécifique pour la Cnil

Quant aux clients, ils seront reconnus au moment où ils scannent leur mobile en entrée du magasin. La Cnil, le gendarme de la protection de la vie privée des particuliers, est-elle d’accord avec cette reconnaissance des personnes ? « Sur ce type de projet, la Cnil adopte une attitude adaptée à une expérimentation qui permet d’explorer » explique William Eldin. La technologie de XXII est multi caméras, et permet de suivre le parcours d’une personne au travers de plusieurs caméras dans le magasin.

On peut s’identifier en entrée du “4 Casino” avec son application Casino Max

XXII s’emploie à développer uniquement grâce à la reconnaissance d’image ce qu’Amazon réalise dans ses magasins « Amazon Go » avec plusieurs technologies.

Un Amazon Go ne gère que 150 références de produits

« Un Amazon Go, personne ne sait réellement comment cela marche, il y a plusieurs capteurs utilisés pour arriver à identifier les produits, dont des balances pour peser les produits. Ce sont de multiples technologies qui sont utilisées. Mais seulement 150 références sont traitées et cela coûterait une fortune de monter en puissance » affirme William Eldin.

Une application de reconnaissance d’image est également réalisée par IBM pour détecter la nécessité de  réapprovisionner des rayons en avertissant le gérant du magasin. Les caméras installées chez le « 4 » sont d’origine Panasonic et se situent entre 150 € et 300 €, ce qui n’est pas la haut de gamme du fournisseur qui monte jusqu’à 1000 € pièce.

4 réactions sur “Le magasin « 4 Casino » prépare un parcours client fluidifié par la reconnaissance d’image

    • ELDIN

      Venez rêver en vrai dans nos bureaux, à moins que vous soyez encore un de ces “critiques” qui parle pour rien ?
      William Eldin – XXII 😊

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletters de La Revue

Retrouvez le meilleur de l'actualité du digital


Restez connecté !