Bruno Lemaire ne veut pas de la monnaie digitale de Facebook en Europe

Bruno Lemaire, ministre de l'Économie et des Finances

A l’occasion d’une conférence sur la blockchain organisée par l’OCDE, le 12 septembre à Paris, Bruno Lemaire, ministre de l’Économie et des Finances, s’est prononcé résolument contre l’autorisation de Libra, la monnaie numérique de Facebook en Europe.

« Avec le projet Libra, la souveraineté monétaire des États est en jeu. Dans ces conditions, nous ne pouvons pas autoriser le développement de Libra sur le sol européen » a-t-il déclaré. En revanche, il s’est montré intéressé par le développement d’une monnaie digitale publique inspirée par la blockchain. Il souhaite des projets concrets dans ce domaine d’ici quelques mois.

Le ministre a pointé les risques d’abus de position dominante par Libra de Facebook, les risques d’instabilité mondiale en cas de dysfonctionnement et l’absence de cadre réglementaire imposant à Libra de lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

« Libra serait une monnaie globale détenue par un seul acteur qui a plus de 2 milliards d’utilisateurs. Libra soulève un risque systémique. Toute défaillance dans le fonctionnement de cette monnaie, dans la gestion de ses réserves, pourrait créer des désordres financiers considérables » avertit Bruno Lemaire.

La souveraineté monétaire des nations est en jeu. « Dans les états qui ont des monnaies faibles, Libra se substituera à des monnaies souveraines et remettra en cause l’indépendance des états. Cette privatisation éventuelle des monnaies soulève des risques d’abus de position dominante » termine-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !