E.Leclerc réplique à l’Etat français en voulant saisir la Cour de Justice de l’Union Européenne

Michel Edouard Leclerc, Président du groupement E.Leclerc

Suite à la menace d’une amende de 117 millions d’euros par l’Etat français, le groupement E.Leclerc réplique. Il déclare qu’il prépare la saisine de la Cour de Justice de l’Union européenne. Il considère l’action de l’Etat français à son encontre comme étant un acharnement des pouvoirs publics au travers d’assignations judiciaires, de perquisitions, d’auditions multiples en commission d’enquête parlementaire, etc.

Les centres E.Leclerc se justifient en indiquant que s’ils se sont alliés à d’autres distributeurs européens pour faire bénéficier les consommateurs de prix moins chers. Dès lors, les pouvoirs publics français contreviennent à la législation européenne qui a pour but de favoriser ces échanges et d’encourager ces partenariats, affirme E.Leclerc.

Le groupement estime être victime de discriminations puisqu’à plusieurs reprises ces derniers mois, les autorités françaises ont soutenu des rapprochements dans la téléphonie, le multimédia, le transport, l’automobile, l’équipement, la construction navale, la banque et l’assurance.

E.Leclerc insiste sur le fait que ses alliances en Europe ne servent qu’à négocier ou acheter des produits à des grandes sociétés mondiales ou européennes qui voudraient pratiquer des tarifs différents selon les pays et les consommateurs, ce qui serait contrairement à l’esprit du marché unique, conclut E.Leclerc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletters de La Revue

Retrouvez le meilleur de l'actualité du digital


Restez connecté !