« Un ERP doit être personnalisable sans faire intervenir une armée de consultants »

Sébastien Weill, Forterro

Les logiciels de gestion intégrés, ou ERP, constituent la colonne vertébrale des entreprises. Sébastien Weill, directeur Produits et R&D de Forterro, éditeur d’un ERP pour l’industrie, défend dans cette tribune l’idée d’un progiciel de gestion intégrant les fonctionnalités nécessaires à la majorité des clients, dans une plateforme Saas, paramétrable sans devoir faire appel à des armées de consultants.

A l’heure où la ré-industrialisation de la France devient une priorité, les industriels font face à des défis de plus en plus importants dans une période de forte tension sur les chaînes d’approvisionnement. Ils doivent répondre à la reprise post pandémie et affronter les incertitudes géopolitiques.

Dans ce contexte, comment un logiciel d’’ERP, Enterprise Resource Planning ou PGI progiciel de gestion intégré, brique principale du système d’information de nos industries, devra-t-il évoluer au cours des prochaines années ?


Tout intégré ou ‘Best of breed’

Tout d’abord, doit-on opter pour un ERP « tout en un » ou une solution ‘Best of breed’, c’est à dire assemblant divers composants logiciels de fournisseurs indépendants ? C’est une question fondamentale pour le futur des ERP. Il n’y a pas une réponse qui convienne à l’ensemble des entreprises. Plusieurs critères sont déterminants dans le choix d’une solution d’ERP face à une problématique métier. Le fait de détenir un maximum de fonctionnalités « intégrées » dans le même logiciel facilite la gestion et l’évolution du système d’information. Dans le même temps, pour certains besoins très spécifiques, opter pour des solutions expertes dans le domaine, des ‘Best of breed’, peut s’avérer être un précieux avantage.

Les ERP doivent intégrer les fonctionnalités permettant de répondre à la majorité des clients

Les ERP se doivent de couvrir un large spectre fonctionnel comprenant les achats, les ventes, les stocks, la gestion de production, la qualité, les finances, etc., mais ils ne peuvent pas être experts dans tous les domaines. Ils demeurent la colonne vertébrale du système d’information et facilitent l’évolution de l’ensemble de ce dernier. C’est pourquoi les ERP se doivent d’intégrer les fonctionnalités permettant de répondre à la majorité des clients pour éviter de se retrouver avec un millefeuille applicatif qui serait très compliqué à faire évoluer.

Il est également essentiel que ces ERP soient ouverts afin de permettre la communication avec des systèmes experts lorsque cela est nécessaire. Ces échanges devront être de plus en plus normalisés et effectifs en temps réel. L’utilisation de web services au travers d’API remplacera les méthodes classiques d’interfaçage entre systèmes. En plus de la sécurité et de l’échange d’information à la demande, cela facilitera l’évolution.

L’ERP de demain sera SaaS

Nous basculons de plus en plus dans un monde où la propriété est remplacée par le service rendu. Cette notion, commune dans la vie personnelle qu’il s’agisse de disposer d’une voiture, d’un téléphone, se démocratise dans le monde professionnel. Tout évolue tellement vite que l’industriel se doit de disposer d’un système évolutif, à jour et qui réponde aux dernières exigences technologiques. Le SaaS permet cela.

Le SaaS répond aux enjeux de flexibilité et de télétravail

Les entreprises se doivent d’être flexibles sur les conditions de travail, avec notamment la démocratisation du télétravail, et flexibles sur les ressources informatiques dont elles ont besoin. Le SaaS répond parfaitement à ces enjeux en permettant un ajustement facilité des ressources informatiques nécessaires en plus d’une flexibilité de connexion.

Enfin, un enjeu majeur pour les entreprises, est de réussir à combiner ouverture et sécurité. Les systèmes d’information ont besoin d’être de plus en plus ouverts et communicants, sans négliger la sécurité. Pour rappel, la cybercriminalité est devenue la 3ème économie mondiale. Là encore le SaaS répond à cette problématique, car l’ouverture et la communication sont facilitées tout en assurant un niveau de sécurité optimum. Les acteurs du Cloud sont aujourd’hui en capacité de mettre en œuvre des moyens de sécurité renforcés, inaccessibles aux PME de l’industrie par leurs propres moyens.

Un ERP agile et au service des utilisateurs

La durée de rétention moyenne d’un ERP en France se situe entre 10 et 15 ans. Or, il est illusoire de penser que les processus de l’entreprise ne changent pas durant un laps de temps aussi long. Nos entreprises et plus particulièrement nos industries se doivent d’être réactives et agiles, il en va de même pour leur système d’information et plus particulièrement leur ERP.

L’entreprise doit pouvoir paramétrer l’ERP sans être obligée de faire intervenir une armée de consultants

L’ERP de demain sera facilement configurable. L’entreprise devra pouvoir le paramétrer et le personnaliser en toute autonomie sans être obligée de faire intervenir systématiquement une armée de consultants. L’agilité se traduira aussi par les moyens d’y accéder. Le temps où l’accès et la récupération d’information se faisaient au travers d’un ordinateur est révolu. Téléphone, tablette, objets connectés sont aussi importants que les PC et doivent avoir accès à l’ERP.

En conclusion, et c’est sans doute l’élément majeur, l’ERP devra être au service des utilisateurs. Nous entrons dans une époque où les entreprises industrielles ont besoin d’attirer les bons candidats et de retenir leurs employés. Il est capital qu’elles disposent d’un système d’information efficace et performant. Là encore la configuration et la flexibilité du système seront clés pour s’adapter aux besoins et à l’utilisation de l’ensemble des collaborateurs, au même titre que l’interface utilisateur qui devra ressembler à un logiciel du XXI siècle.

Sébastien Weill, 10 ans d’expérience sur le marché français des ERP

Sébastien Weill est le directeur de la recherche et du développement des produits francophones de Forterro depuis 2018. Il possède 10 ans d’expérience sur le marché français des ERP. Depuis qu’il est directeur de la R&D, Sébastien Weill a mis en œuvre la méthodologie Scrum pour les produits français et suisses de Forterro. Sébastien Weill a également joué un rôle clé dans la transition de certains produits vers le Cloud, en faisant évoluer l’architecture du produit vers une architecture Cloud sur AWS en 2019. Il a également contribué de manière significative à l’établissement et à la gestion des centres de développement nearshore de Forterro au Maroc.Sébastien Weill est diplômé ingénieur en 2010 à l’Université des Arts et Métiers ParisTECH.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *