Inauguration du premier point de vente Carrefour sans caissière à Paris

Le 24 novembre, Carrefour inaugure son premier point de vente sans caissière à Paris, le Carrefour Flash d’environ 50 mètres carrés, 11 avenue Parmentier, dans le 11ème arrondissement. L’objectif est de pouvoir faire ses courses rapidement. Carrefour promet qu’il faut dix secondes pour faire ses courses et dix secondes pour payer et sortir du magasin, d’où l’appellation de Flash 10/10.

Inutile de scanner les produits

Le client place les articles dans son sac et règle le montant qui lui est demandé par carte bancaire à une des deux caisses autonomes. Une caisse automatique pour les paiements en espèce est également disponible. Ce magasin de proximité propose 900 références de produits du quotidien.

L’intérêt principal pour le client est de ne pas devoir scanner lui-même les produits car les marchandises placées dans son sac sont détectées via 60 caméras situées au plafond du point de vente et près de 2000 capteurs de poids placés sous les étagères des rayons. Les mesures des balances sont corrélées aux analyses des images qui suivent les mouvements des clients dans le magasin grâce à la vision par ordinateur. Le client est suivi anonymement via un avatar virtuel qui lui est associé lors de son entrée dans le magasin et ses choix de produits sont automatiquement détectés et ajoutés à son panier virtuel. Lors du paiement, le ticket de caisse est récupéré via le flash d’un QR Code sur son smartphone.

Les capteurs de poids détectent lorsqu’un produit est pris, reposé à sa place ou dans un autre rayon.  La technologie employée est celle du Californien AiFi déjà employée à Dubaï ou en Pologne et qui avait fait parler d’elle dès 2019 au salon NRF de New-York où se rendent régulièrement tous les acteurs de la grande distribution française. Le projet a été mené avec Ying Zheng, co-fondatrice et présidente d’AiFi. 

Du personnel de Carrefour est toutefois présent, de 1 à 4 personnes, afin de remplir les rayons, valider que les clients sont majeurs s’ils souhaitent acheter de l’alcool ou leur apporter de l’aide face à la technologie. Ils interviennent également sur les services e-commerce, car le magasin sert à délivrer les commandes e-commerce de Carrefour, via Uber Eats ou Deliveroo, et le Drive Piéton.

Technologiquement, Carrefour a opté pour une solution où il n’est pas demandé de télécharger une application, ni de s’être inscrit ou de s’identifier via un portique à l’entrée comme le demande Amazon dans ses points de vente automatisés. Cela pourrait faciliter l’appropriation par le client. Carrefour Flash a été testé au sein du siège de Carrefour, à Massy, durant plus de 1 an auprès des employés de Carrefour. Cela a permis à l’équipe innovation d’affiner la technologie et d’adapter le concept selon les retours des personnes qui l’utilisaient au quotidien. 

Les patrons des équipes tech de Carrefour sur le terrain

Carrefour insiste sur le fait que le client connaît le montant de ses achats avant de sortir du magasin, puisque le paiement est effectué explicitement à l’intérieur du point de vente. « Le concept Flash répond précisément aux préoccupations de nos clients au quotidien : pouvoir entrer librement, savoir ce qu’ils paient, régler rapidement et partir » affirme Elodie Perthuisot, directrice du groupe Carrefour en charge de la donnée, du e-commerce et de la transformation digitale.

La responsable considère que le positionnement de Carrefour Flash est le meilleur compromis. « En comparaison des autres concepts existants, Carrefour Flash parvient à concilier rapidité et accessibilité de façon unique » pense-t-elle. Nicolas Safis, directeur innovation du groupe Carrefour et Miguel Ángel González Gisbert, Chief Technology and Data Officer de Carrefour étaient également présents lors de l’inauguration du point de vente.

Une réaction sur “Inauguration du premier point de vente Carrefour sans caissière à Paris” :

  1. AvatarJack Teste-Sert

    Qu’en est-il pour les achats au détail comme les fruits et légumes…? Et pour ceux qui ne possèdent pas de smartphone, n’en ayant pas l’utilité ?
    Si cela « marche », pourrais-je envoyer mon robot volant (hélices rabattables et sur roulette, avec caméra et bras de saisie plus pannier), faire ces achats à ma place ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *