Salon de l’agriculture : la data au cœur de l’activité des agriculteurs

La 60ème édition du salon de l'agriculture se tient du 24 février au 3 mars

Le salon de l’agriculture se tient du 24 février au 3 mars, Porte de Versailles à Paris. C’est l’occasion de mettre en avant l’importance de la donnée pour les agriculteurs.

Surveillance par satellite des agriculteurs


On a appris récemment la surveillance permanente par satellite des agriculteurs qui mène à leur ras-le-bol administratif. Le salon quant à lui verra des initiatives technologiques dont on espère qu’elle seront moins stressantes. On citera le 1er  hackathon sur l’IA appliquée à l’agriculture baptisé GAIA (Generative Artificial Intelligence for Agriculture), les 26 et 27 février en collaboration avec La Ferme Digitale et la startup française Mistral AI, qui a le vent en poupe actuellement. De nombreux cas d’usage de la donnée seront d’autre part présentés par Agdatahub, une plateforme d’échange pour le monde agricole.

Lors du hackathon, les équipes d’experts auront 48 heures pour proposer des solutions concrètes et novatrices à des problématiques rencontrées par les agriculteurs, leurs organisations, les écoles et les centres de formation. Il s’agit d’enjeux liés à l’avenir de l’agriculture et révélés au début de ce marathon technique et intellectuel. Parmi ces questions, il y a la transmission des exploitations, l’attractivité des métiers de l’agriculture et des formations, la conduite des cultures, le management des élevages, les achats et les ventes, ainsi que le décryptage des normes et des règlements.


Huit équipes en présentiel durant deux jours

Il y a 8 équipes inscrites au format présentiel : Groupama (Assurance mutuelle française), ACTA (Association de coordination technique agricole), AVRIL (industriel de la transformation végétale et investisseur), Chouette (services de viticulture), Crédit Agricole, La Ferme Digitale, Ombrea (Panneaux solaires et protecteurs) et RIZOA-Auchan. Le hackathon accepte des équipes à distance pour concevoir des POC (Proof of Concept) en 2 jours après s’être entrainées sur GAIA MISTRAL depuis le 29 janvier 2024 (kit de développement.)

Les équipes participantes devront concevoir des outils capables de répondre à des questions posées via des vidéos d’une minute. Pour cela, elles ont accès à un kit comprenant 50 solutions et 150 jeux de données fournis par l’organisation du hackathon depuis le 29 janvier 2024. Cette approche doit permettre de développer des POC (Proof of Concept) concrets et opérationnels en un temps record.

Il y aura d’autre part des présentations de cas d’usage de la donnée pour les agriculteurs en particulier avec Agdatahub, qui se positionne dans l’intermédiation de données agricoles et agroalimentaires. Les projets sont multiples.

Comme projets, il y a la logistique pour une filière céréalière efficace avec Intercéréales ou la standardisation de données avec Cniel

Sur le versant « Accompagnement », on citera l’accompagnement logistique pour une filière céréalière efficace avec Intercéréales ou la standardisation de données avec Cniel (Centre national interprofessionnel de l’économie laitière), qui vise à la normalisation des données pour une meilleure gestion de la filière. En matière de « Diffusion des données », on citera pour la filière vin, « OpenWineData », pour une traçabilité totale de la vigne à la bouteille. Côté secteur Public, il y a BRGM afin de diffuser des données géologiques pour une meilleure gestion territoriale.

Pour la culture du soja, il y a « Terres Inovia » avec le partage d’algorithmes agricoles par OAD (Outils d’Aide à la Décision agricoles) pour une agriculture durable. Autre usage, il y a la diffusion de données pour une modernisation de l’équipement agricole. Autre aspect, celui de l’accès aux données, avec pour l’élevage l’enjeu d’une alimentation bovine mieux adaptée, avec FMIS – Mes Parcelles, le point est l’accès aux données agricoles pour des services numériques innovants et Food Pilot sert à la réduction de l’empreinte carbone dans la production alimentaire industrielle. Agdatahub présentera aussi sa position dans le pilier Mieux se nourrir du plan gouvernemental France Nation Verte.

Le salon de l’agriculture a accueilli 615 000 visiteurs en 2023

Une infrastructure de partage des données

Agdatahub se positionne dans l’intermédiation de données en tant qu’infrastructure socle pour la transformation numérique du secteur. Il propose d’apporter à chaque agriculteur des services pour répondre aux enjeux d’amélioration du revenu agricole et de simplification administrative. Agdatahub se présente comme un opérateur de la circulation des données agricoles et agroalimentaires dans un cadre de confiance sécurisé Identifiée comme centrale dans le pilier « Mieux se nourrir » du plan gouvernemental France Nation Verte.

Agdatahub cible une circulation fluide et sécurisée des données agricoles et agroalimentaires

La société Agdatahub revendique une infrastructure technologique souveraine reposant sur la sécurisation des transactions et la confiance entre les acteurs des filières. Cette infrastructure est issue d’un travail avec Orange Business Services, IN Groupe (ex-Imprimerie Nationale) et Dawex, leader technologique des places de marché d’échanges de données. Agdatahub met en œuvre les conditions nécessaires à la circulation fluide, simplifiée et sécurisée des données agricoles et agroalimentaires en France et en Europe. Agdatahub propose de faciliter l’accès aux données agricoles pour permettre le développement de services innovants par les éditeurs de logiciels, les startups de l’AgriTech, les chambres d’agriculture ou les organismes de recherche, notamment sur l’Intelligence Artificielle.

La plateforme propose de diffuser des données précises de suivi des niveaux des eaux souterraines et de la qualité des sols afin d’anticiper et de prévoir les besoins hydriques, et d’accompagner et de suivre la réduction de l’empreinte carbone liée aux productions agricoles. Son travail cible également les caractéristiques génétiques des races bovines et les besoins spécifiques selon l’âge et le stade de développement des animaux.



Des enjeux européens face aux élections de juin 2024

Agdatahub veut anticiper pour qu’après les prochaines élections européennes de juin 2024, la nouvelle Commission Européenne accélère le déploiement de sa stratégie data initiée par les 4 règlements européens fondateurs, dont le Data Governance Act (DGA) et le Data Act. « Ces textes fondateurs permettront aux agriculteurs européens de protéger leurs données et de maximiser les transactions de données avec leurs partenaires publics et privés contribuant, de fait, à la simplification administrative de leur vie quotidienne et l’amélioration de leurs revenus » annonce Agdatahub.

Agdatahub opère une plateforme d’intermédiation de données tiers de confiance dédié au secteur agricole et agroalimentaire avec ses services Exchange, Consent et Connect. En appui à ces solutions, Agdatahub assure des missions de conseil opérationnel (direction de projet, technologies, marketing) pour accompagner les acteurs des filières agricoles et agroalimentaires dans les usages de leurs data avec le service Capdata.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *