Top 250 du logiciel français : le modèle commercial du Saas en vedette

Le secteur de l'édition logicielle français a grossi de 10,5% en 2022

Les éditeurs français de logiciels restent de petite taille en comparaison des géants américains, mais leur activité affiche au global une jolie progression sur l’année 2022. Il faut souligner que la commercialisation de leur offre logicielle en mode Saas (Software as a service) a désormais franchi un seuil historique. C’est ce que montre le Top 250 des éditeurs de logiciels français établi par Numeum et EY France. Le Top 250 a été présenté le 7 novembre.

Un chiffre d’affaires global du secteur en hausse de 2 milliards d’euros

Les 275 éditeurs de logiciels français qui ont pris part à la 13ème édition du Top 250 ont réalisé ensemble un chiffre d’affaires de 21 milliards d’euros en 2022, en hausse de 2 milliards par rapport à l’année précédente. C’est une croissance de 10,5% par rapport à 2021. Le Saas monte en puissance. Plus de la moitié (56%) du chiffre d’affaires de l’activité d’édition de logiciels pour ces éditeurs est pour la première fois réalisée en mode SaaS. C’est une progression de 7 points par rapport à 2021 où c’est 45 % du CA qui était réalisé en Saas.

Comme d’habitude, Dassault Système occupe la 1ère place sur le podium grâce à ses logiciels de conception par ordinateur

Comme d’habitude, Dassault Système occupe la 1ère place (et de loin) sur le podium grâce au succès mondial de ses logiciels de conception par ordinateur et son évolution vers les jumeaux numériques. Son chiffre d’affaire dans l’édition de logiciel est évalué à 5,1 milliards d’euros. Dassault Système est suivi par Criteo, ancien champion du re-targeting publicitaire, qui est engagé dans une transformation majeure de son offre dans le domaine de la publicité digitale. Son chiffre d’affaires est évalué à 1,9 milliard d’euros dans l’édition de logiciels.

Troisième sur le podium, on trouve Ubisoft, spécialiste des jeux vidéos (1,8 milliard d’euros de CA). A lui seul, Dassault Système a enregistré une croissance de 0,7 milliard d’euros de son chiffre d’affaires, et on constate dans le même temps, une croissance de 9 % pour le reste du panel malgré la décroissance d’Ubisoft de 0,3 milliard d’euros. « Ce dynamisme est observé quelle que soit la taille des éditeurs » soulignent les rédacteurs de l’étude. Côté modèle économique, 80 % des éditeurs de logiciels étudiés ont enregistré un bénéfice d’exploitation en 2022.

Les éditeurs au-delà de 100 millions d’euros se développent à l’international


Les petits éditeurs français ont-ils une chance de répliquer le succès international de Dassault Systèmes ? Pour cela, il faut atteindre une certaine taille ou être orienté dès l’origine vers l’international, répond l’étude. Les éditeurs affichant plus de 100 millions d’euros de CA continuent leur expansion géographique avec 64 % du chiffre d’affaires à l’international en 2022.

Plus de 50% des éditeurs vise l’étranger pour la réalisation de leur prochaine opération de croissance externe

La situation est plus contrastée dans les entreprises de moins de 50 millions de chiffre d’affaires. Certains éditeurs s’appuient très tôt sur le levier du développement international quand d’autres se concentrent sur le marché français, avec moins de 30 % du chiffre d’affaires réalisé à l’étranger en moyenne. A noter que plus de 50% des éditeurs étudiés vise l’étranger pour la réalisation de leur prochaine opération de croissance externe.

Les éditeurs ont fait croître leurs équipes, avec des effectifs en augmentation de +6% en 2022. La croissance des effectifs devrait se poursuivre en 2023 selon l’étude, avec un léger fléchissement, puisque76 % des éditeurs prévoient d’augmenter leurs effectifs en 2023 contre 86 % l’année dernière. Fait récurrent, 84 % des éditeurs font face à des difficultés de recrutement.

Un plus grand intérêt pour l’IA de la part des éditeurs

A noter l’intérêt des éditeurs de logiciels pour l’intelligence artificielle. C’est +19 points par rapport à l’année précédente. Les éditeurs veulent s’en emparer à la fois pour leurs besoins internes et pour les intégrer dans leurs offres de solutions. Enfin, les éditeurs de logiciels annoncent des chiffres élevés en matière de R&D.

Un tiers des effectifs sont consacrés à la R&D et les dépenses de R&D représentent 24,5 % du chiffre d’affaires

Un tiers des effectifs totaux sont consacrés à la R&D et les dépenses dans ce domaine représentent 24,5 % du chiffre d’affaires, selon l’étude. Ces chiffres sont observés indépendamment de la taille de l’éditeur. Les aides fiscales de l’État semblent permettre d’assurer une forte implantation de la R&D en France. Ainsi 64 % des effectifs R&D du panel sont localisés en France.


La présentation du Top 250 du logiciel français a été l’occasion de distinguer plusieurs sociétés. Le prix du jury met en valeur Pigment, spécialiste de la budgétisation, de la prévision et de l’élaboration de plans flexibles afin de gérer et de pérenniser l’activité. Clin d’oeil de l’histoire, la société a comme cofondateur Romain Niccoli, ancien co-fondateur et CTO de Criteo (société 2ème du classement du Top 250 de 2023).

Le trophée de la croissance Saas distingue DataDome, solution de lutte contre le trafic frauduleux sur le web. Le trophée international est décerné à Linkurious, éditeur d’une plateforme d’investigation utilisée par des organisations publiques et privées dans le domaine de la lutte contre la criminalité économique et financière. Le trophée de l’innovation va à Gatewatcher, éditeur de logiciels de cybersécurité spécialisé dans la détection des intrusions avancées.

Numeum, rassemble 2500 entreprises du numérique


Numeum est le syndicat et l’organisation professionnelle de l’écosystème numérique en France. Il représente les entreprises de services du numérique (ESN), les éditeurs de logiciels, les plateformes et les sociétés d’Ingénierie et de Conseil en Technologies (ICT). Numeum rassemble 2 500 entreprises adhérentes qui réalisent 85% du chiffre d’affaires total du secteur. Numeum est présidé par Véronique Torner, Numeum est membre de la fédération Syntec.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *