Assistant vocal : Facebook prêt à payer pour les données vocales


Afin d’améliorer sa technologie de reconnaissance vocale, Facebook a besoin de données. La firme est prête à mettre la main au portefeuille. En échange de quelques dollars, Facebook propose aux internautes de lui transmettre des enregistrements vocaux.

Dans le domaine des assistants personnels et vocaux, la donnée est le nerf de la guerre. En l’absence d’une base d’utilisateurs suffisante, il est complexe d’améliorer ses algorithmes de reconnaissance vocale.


Afin d’y remédier, Facebook dégaine une incitation financière, pour le moment limitée aux consommateurs américains. Dans le cadre d’un nouveau programme intitulé « Pronunciations », le réseau social propose de rémunérer les utilisateurs qui partagent des enregistrements vocaux.


5 dollars pour 5 fichiers vocaux

Ils doivent installer l’application de recherche Viewpoints et postuler au programme « Pronunciations ». Ils doivent être âgés d’au moins 18 ans et compter plus de 75 amis Facebook. Le réseau social n’entend cependant pas se ruiner pour disposer des données nécessaires à l’amélioration de ses technologies de NLP (Natural Language Processing ou traitement du langage naturel).

Facebook commercialise Portal en France, son outil de visioconférence

Chaque enregistrement transmis via l’application permettra à l’utilisateur de collecter 200 points. Ces points ne pourront être transformés en argent qu’à partir de 1000 points, rétribués au prix de 5 dollars.

Facebook assure que les participants se verront offrir la possibilité de réaliser cinq enregistrements vocaux, leur garantissant l’atteinte du seuil des 1000 points et donc un paiement de 5 $.

Le réseau social fait savoir en outre que ces échantillons de voix ne seront pas reliés aux profils Facebook des contributeurs. L’entreprise ne précise pas combien d’utilisateurs de sa plateforme seront ainsi recrutés pour son programme de recherche.

Exclusif technologies vocales

Interfaces vocales : pas encore prêtes pour un usage de masse pour Nestlé

Le vocal est promis à un bel avenir, mais pour l’instant les applications conversationnelles avancées restent encore confidentielles. « L’usage et l’adoption ne sont pas encore présents » confirme Samuel Baroukh, Head of eBusiness and Digital de Nestlé France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *