Un robot autonome en entrepôt améliore les performances chez Schneider Electric

La nouvelle génération de robots autonomes améliore les performances en entrepôt. En témoigne le cas de Schneider Electric qui utilise un robot autonome de transport de palettes de marchandises dans son usine de Bukowno, en Pologne depuis janvier 2020.

Transport de 400 kg en une seule fois

Le robot transporte jusqu’à 400 kg entre la ligne de production et l’entrepôt L’usine produit des interrupteurs-sectionneurs et des accessoires pour des produits basse tension. Elle emploie 300 personnes et s’étend sur 5300 m². Le robot est délivré par Mobile Industrial Robots, une société danoise désormais filiale de l’américain Teradyne. Le robot a été choisi afin de réduire les coûts logistiques. Le robot peut rouler à 7,2 km/h.

« L’introduction d’un robot mobile capable de transporter deux couches de produits sur une même palette permet de placer plus rapidement plus de marchandises dans le camion » explique Agnieszka Należnik-Jurek, responsable du Département Technique de Schneider Electric. « Cela nous aide à réduire les coûts de transport. Nous utilisons également moins de palettes, ce qui diminue encore davantage les coûts » ajoute-t-elle.  

Le robot de transport fonctionne 24 heures sur 24 dans un système de rotation de trois équipes. Il couvre huit types de parcours dont la longueur moyenne est de 140 mètres. Typiquement, le robot arpente entre 5,5 et 6 km. Sur demande de l’opérateur, le robot prend une palette vide dans l’entrepôt et la transporte vers la chaîne de production. Ensuite, il place la palette vide sur un rack, prend celle chargée de produits finis et revient avec elle à l’entrepôt.

Un robot attentif à son environnement

Si, après avoir atteint l’entrepôt, il n’y a plus de mission à accomplir, le robot se dirige vers sa borne de recharge. Le robot ne nécessite pas de modifier la disposition des installations.  Les capteurs installés et connectés au réseau Wi-Fi transmettent en permanence la position du robot. Des scanners lasers à 360 degrés surveillent les objets autour desquels le robot mobile se déplace afin de sécuriser son parcours si des obstacles ou les employés sur son chemin. Il peut alors s’arrêter ou les contourner.

« L’intégration du robot a été extrêmement bien accueillie par nos ingénieurs » commente Marcin Hat, ingénieur robotique en charge des procédés de production chez Schneider Electric. Le robot transporte actuellement des palettes de marchandises allant jusqu’à 400 kg, 24 heures sur 24 au cours des trois cycles de travail quotidiens de l’usine. « Les avantages sont particulièrement perceptibles par les magasiniers, qui apprécient la simplicité d’utilisation de l’interface web du robot et l’espace retrouvé dans l’usine, suite au retrait des chariots utilisés par le précédent AGV  [NDLR : Automatic Guided Vehicle ou véhicule à guidage automatique]  » souligne-t-il. Les robots MiR sont également utilisés dans les usines de Schneider Electric en Bulgarie, en Italie et en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !