Microsoft 365 banni par l’Etat : 8 acteurs français proposent une alternative

A la suite du bannissement de la suite Office 365 de Microsoft dans les services de l’Etat par le directeur Interministériel du numérique, 8 acteurs français proposent une alternative en matière de Digital Workplace. Atolia, Jalios, Jamespot, Netframe, Talkspirit, Twake, Whaller et WIMI annoncent être en mesure de proposer dès aujourd’hui une alternative crédible à la suite logicielle Microsoft 365 (anciennement Office 365). L’initiative est propulsée par Alain Garnier, Président de Jamespot et porte parole du collectif de ces huit entreprises.

Des entreprises qui représentent 3 millions d’utilisateurs

Ces entreprises françaises du numérique représentant 3 millions d’utilisateurs. Elles travaillent déjà toutes pour des acteurs publics, des administrations ou des collectivités. Elles annoncent commercialiser des alternatives à l’ensemble des services fournis par Microsoft : messagerie, traitement de texte, chat, visioconférence, stockage de document, travail collaboratif, etc.

Ces éditeurs garantissent que les données sont 100% des données souveraines. Non seulement ces données respectent le RGPD, mais elles ne sont soumises à aucune loi extraterritoriale et notamment le fameux Cloud Act, affirment-ils. Ces solutions déclarent être toutes hébergées par des acteurs européens et se passent des Clouds américains ou chinois.

Intégration dans des infrastructures certifiées SecNumCloud

Ces solutions s’affirment aussi toutes éligibles à être intégrées dans des infrastructures certifiées SecNumCloud et se conformant aux exigences de l’État en termes de sécurité. Ensuite, les dirigeants soulignent que leurs entreprises sont françaises et qu’ils sont présents localement et peuvent travailler de concert avec leurs clients et les acteurs publics sur le long terme.

Ces entreprises développent de l’emploi majoritairement sur le territoire franco-européen et génèrent des flux financiers qui participent activement à l’économie de la France. Enfin, elles proposent des solutions respectant à 100% la nouvelle doctrine de l’État du « Cloud au centre ».



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *