Les deux niveaux où traiter les enjeux Data dans le retail en 2024 selon Diamart

Cédric Ducrocq, PDG de Diamart Group

Le 6 février prochain, se tiendra à Paris la 3ème édition du Retail Data Day de Diamart Connect, un événement clé sur les usages concrets de la Data dans le retail. Cédric Ducrocq, PDG de Diamart Group, organisateur de l’événement, précise comment répondre à l’enjeu de la Data dans le commerce en 2024.

La Data et l’intelligence artificielle (IA) ont été les buzzwords de 2023. En 2024, elles seront à nouveau au cœur des stratégies. Comment s’inscrivent-elles dans les défis 2024 du secteur ? 

Le choc des prix en 2023


Le commerce a connu une année 2023 dantesque. Le choc des prix sur l’énergie et l’alimentation a asséché les revenus disponibles des ménages et a provoqué des réallocations budgétaires d’une violence inédite. Alors que les coûts augmentent, la quasi-totalité des marchés finissent l’année avec des baisses de volume, parfois à deux chiffres, provoquant faillites et retour de la croissance externe (Cora, Casino, etc.).

Seule la Data permettra d’atteindre la précision et la productivité dont les retailers ont besoin

2024 sera moins douloureux, mais le besoin de performance sera très fort, pour restaurer la rentabilité et financer la transformation digitale et RSE. Dans ce contexte, seule la Data permettra d’atteindre les niveaux de précision et de productivité dont les retailers auront besoin. Mais de quelle Data parle-t-on ?


Les retailers doivent adresser l’enjeu Data à deux niveaux, très différents. Le premier niveau est de devenir « Data Driven ». La plupart des retailers ne disposent pas d’une data propre, enrichie et prête à l’emploi. L’enjeu ici n’est pas de développer des algorithmes de folie, mais de faire que chaque décision soit éclairée par une data simplifiée, fiable et accessible.

Développer les réflexes analytiques chez les décideurs, petits ou grands

Cela concerne la Data clients et marketing bien sûr, mais aussi la Data commerciale pour optimiser la chaîne marchandises (gammes, prix, supply chain…) et de gestion (marges, capex…). Il reste beaucoup à faire pour diffuser cette « Data utile » à tous les niveaux de l’entreprise, et pour développer les réflexes analytiques chez tous les décideurs, petits ou grands. 

L’IA aidera les retailers à faire des choses nouvelles, impossibles ou non rentables aujourd’hui

Le second niveau consiste à intégrer l’IA. La prodigieuse accélération de l’IA laisse les dirigeants perplexes. Difficile de discerner les véritables enjeux, au-delà des « trucs et astuces » que chacun commence à déployer. Pourtant la profondeur des impacts est indiscutable. L’IA aidera les retailers à faire mieux ce qu’ils font déjà, mais aussi à faire des choses nouvelles, impossibles ou non rentables aujourd’hui. 

Ces deux fronts sont d’une nature différente : le premier est plus organisationnel que technologique (même s’il suppose d’investir dans des outils de mise en état d’usage de la data : cleaning, classification, data visualisation, etc.). Le second restera en 2024 de l’ordre de la R&D, voire de la veille. Il suppose curiosité et agilité mentale, parfois difficiles à mobiliser dans le chaos du quotidien.

Deux tables rondes et des cas d’usage concrets

Tels sont les thèmes abordés lors du prochain Retail Data Day à l’occasion de deux tables rondes sur l’IA et la culture Data, avec des speakers retailers de haut niveau ; et de nombreuses interventions courtes autour de cas d’usage concrets sur le marketing clients, le pricing, la supply, etc.

L’événement Retail Data Day du 6 février organisé par Diamart est accessible gratuitement pour les retailers, pour s’inscrire suivez ce lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *