Le sidérurgiste ArcelorMittal expérimente la 5G dans ses usines en France

Le sidérurgiste ArcelorMittal va expérimenter la 4G et la 5G sur ses sites industriels en France durant les 3 ans à venir. L’industriel s’associe à l’opérateur télécoms intégrateur Orange Business Services et l’équipementier télécoms Ericsson. Ce projet est financé par le gouvernement français, dans le cadre du plan France Relance. Le Grand port maritime de Dunkerque, EasyMile et la Caisse des dépôts figurent aussi parmi les partenaires du projet.

Le numérique transforme la production, la maintenance et la logistique

« ArcelorMittal se positionne en leader de la digitalisation de l’industrie de l’acier » affirme David Glijer, directeur de la transformation digitale d’Arcelor Mittal France. « Les technologies numériques ont déjà commencé à transformer nos procédés en production, en maintenance, en logistique et en développement. Elles ont accru la fiabilité de nos opérations et amélioré le confort et la sécurité de nos équipes » poursuit-il. « ArcelorMittal veut animer un écosystème au croisement de l’industriel et du digital. Preuve en est l’ouverture de nos deux Digital Labs à Dunkerque et bientôt à Florange » ajoute-t-il.

La 5G sera déployée dans les usines d’ArcelorMittal à Dunkerque, puis à Mardyck dans les Hauts-de-France et Florange dans le Grand Est

Le réseau 5G sera déployé dans les usines d’ArcelorMittal en commençant par Dunkerque, puis à Mardyck dans les Hauts-de-France et Florange dans le Grand Est afin de réaliser des cas d’usage nécessitant une connectivité mobile à très haut débit. Les cas d’usage ciblent la production, la maintenance et la logistique. Les expérimentations concernent notamment la mobilité des personnes en situation de travail, les véhicules ferroviaires autonomes à Dunkerque et à Florange, les véhicules autonomes routiers, la maintenance mobile avec la remontée d’informations du terrain, la réalité virtuelle ou augmentée et les dispositifs de sécurité. 

L’objectif est également de développer l’écosystème français autour de la chaîne de valeur de ces usages industriels. Le réseau 5G couvre ainsi dès son lancement le Grand port maritime de Dunkerque et les Digital Labs d’ArcelorMittal à Dunkerque et Florange, et des tests sont réalisés pour étendre le réseau aux territoires des Hauts-de-France et du Grand Est.

Des projets en maintenance mobile et en transports autonomes

Avec ce réseau 5G, ArcelorMittal développera des projets industriels clés. Cela concerne la maintenance mobile. Les équipes de maintenance munies de tablettes sont accompagnées pour séquencer les actions et peuvent accéder à la documentation nécessaire. Une fois l’opération de maintenance réalisée, elles la valident et l’enregistrent dans les systèmes d’information de l’entreprise. Avec la réalité augmentée, ces équipes peuvent également accéder à des ressources documentaires en image ou faire appel à un expert à distance en direct.

ArcelorMittal va lancer avec EasyMile le 1er train autonome sur réseau privé interne, qui sera mis en service en 2023

Un autre usage est l’emploi de véhicules autonomes. Le transport par rail est essentiel sur les grands sites d’ArcelorMittal. Le site de Dunkerque par exemple compte 44 kilomètres de voies ferrées pour acheminer les produits entre les différentes étapes de fabrication. ArcelorMittal va lancer avec EasyMile le 1er train autonome sur réseau privé interne, qui sera mis en service en 2023. ArcelorMittal travaille également sur un projet de véhicule routier gros porteur autonome, capable de transporter jusqu’à 120 tonnes de bobines d’acier.

ArcelorMittal France, Orange Business Services et Ericsson ont construit ce projet ensemble, y compris pour la conception de cas d’usages industriels adaptés aux enjeux et aux métiers d’ArcelorMittal. Le réseau mobile 5G doit permettre de couvrir l’intégralité des sites industriels complexes d’ArcelorMittal, en extérieur et en intérieur, y compris sous les architectures métalliques de grande hauteur. Cette couverture doit procurer une plus grande liberté de mouvement aux opérateurs et une connectivité en tout lieu de l’entreprise. Le réseau doit apporter un débit important en réponse aux besoins de débits élevés nécessaires aux processus modélisés, aux objets connectés et aux données de production ainsi qu’une faible latence. La réduction de la latence sert au déploiement des véhicules autonomes et des cockpits de pilotage à distance ainsi que la sécurisation dans les zones à risque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *