La startup française de l’IA de santé Aqemia collabore avec le poids lourd Sanofi

Maximilien Levesque, DG et cofondateur de Aqmia

Aqemia, startup française spécialisée dans l’IA, est retenue par le poids lourd pharmaceutique Sanofi – 42,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 100 000 employés – dans le cadre d’un contrat de collaboration pluriannuelle de 140 millions de dollars. Le but est d’accélérer la découverte de petites molécules dans divers domaines thérapeutiques. Aqemia apporte sa plateforme de physique quantique combinée à l’IA générative.

Un contrat pluri annuel pesant 140 millions de dollars

Dans le cadre de cet accord, Aqemia sera éligible à recevoir potentiellement jusqu’à 140 millions de dollars en fonction d’un paiement initial et de la réussite d’étapes de recherche et de développement sur un certain nombre de cibles thérapeutiques spécifiques. Sanofi sera seul responsable des activités de recherche, de développement et de commercialisation.

« La technologie d’Aqemia permettra de trouver des médicaments là où personne d’autre n’a été capable de trouver des médicaments »

« La technologie d’Aqemia permettra de trouver des médicaments là où personne d’autre n’a été capable de trouver des médicaments jusqu’à présent pour des maladies incurables comme le cancer du pancréas et des gens qui aujourd’hui ne sont pas soignés » décrit Maximilien Levesque, DG et cofondateur de Aqmia, ancien directeur de recherche au CNRS. « Ce qui nous rend unique au monde c’est de mélanger la physique quantique et l’intelligence artificielle générative » ajoute-t-il.

Ses recherches au CNRS visaient à déterminer si une petite molécule pouvait aller se coller à une protéine, responsable d’une maladie, et empêcher cette maladie. La startup a été créée en 2019. Elle emploie actuellement soixante personnes. Aqemia déclare tirer parti de l’IA et de la physique d’inspiration quantique pour accélérer la découverte de médicaments candidats à petites molécules présentant une plus grande probabilité de succès en clinique.

Aqmia s’inspire de la physique quantique



Aqmia s’affranchit des données expérimentales

Dans le cadre de l’accord avec Sanofi, Aqemia concevra, en étroite collaboration avec Sanofi, de nouvelles molécules médicamenteuses en utilisant ses algorithmes et sa plateforme d’IA générative et de physique profonde. Contrairement à d’autres technologies de plateforme basées sur l’IA qui nécessitent un entraînement sur des données expérimentales chimiques avant de commencer la phase de conception, Aqemia générera ces données en interne en effectuant des calculs physiques à grande échelle dès le début de chaque projet de recherche.

« Ce nouveau partenariat avec Aqemia s’inscrit dans une histoire continue qui a débuté avec nos équipes françaises il y a trois ans »

Aqemia et Sanofi se connaissent déjà depuis trois ans. « Ce nouveau partenariat avec Aqemia s’inscrit dans une histoire continue qui a débuté avec nos équipes françaises il y a trois ans. Durant cette période, nous avons suivi le développement de leur technologie qui combine physique théorique et IA générative » réagit Jacques Volckmann, Vice-Président R&D France chez Sanofi.

« Nous avons pu mesurer concrètement l’intérêt pour certains de nos projets de recherche lors de nos précédentes collaborations » ajoute-t-il. « Cette nouvelle collaboration s’appuie sur notre collaboration de recherche existante avec Sanofi depuis deux ans » confirme Maximilien Levesque, d’Aqemia. « Cette nouvelle étape consiste à étendre notre expertise respective à de multiples projets et à aider Sanofi à découvrir de nouvelles matières chimiques à grande échelle grâce à notre technologie unique » poursuit-il. « Cela comprend des projets difficiles avec des données chimiques initiales limitées et des problèmes difficiles comme la sélectivité. Nous sommes passionnément engagés dans la découverte de médicaments innovants en étroite collaboration avec Sanofi » conclut-il.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *