La relation patient automatisée par chatbot change la donne en santé

L’irruption de robots conversationnels de diagnostic dans le domaine de la santé change la donne en matière de relation avec les patients. De nouvelles plateformes technologiques émergent comme intermédiaires clés entre les patients et les médecins. On trouve bien sûr Doctolib, plateforme de prise de rendez-vous au succès croissant en France.

Des services rendus possibles grâce à l’IA

Et il y a les services avancés rendus possibles grâce à l’intelligence artificielle. Le chatbot Memoquest de Calmedica, une jeune société créée en 2013, est un robot conversationnel basé sur une plateforme d’intelligence artificielle. Elle sert à envoyer des messages et des contenus, selon des algorithmes prédéfinis, de recevoir les réponses des patients, de les analyser et de déclencher des alertes en cas de réponse anormale.

1 million de patients sont suivis par la plateforme de Calmedica dans 100 établissements de santé

Au global, le chatbot vise à assurer simplement un suivi régulier automatique à distance du patient, optimiser la collaboration entre le médecin et son patient, identifier un risque particulier et avertir le cas échéant le patient de la nécessité rapide d’une consultation, et permettre aux patients fragiles ou à risque de limiter leurs déplacements dans un établissement de soins, et ce d’autant plus dans un contexte de pandémie. Plus de 1 million de patients sont déjà suivis par la plateforme de Calmedica dans plus de 100 établissements de santé.

La plateforme analyse le langage naturel et donc dialogue par chatbot ou par SMS et touche ainsi tous les patients, quel que soit leur téléphone portable. Une Progressive Web App est également disponible pour les patients possesseurs de smartphone. A intervalles réguliers, le robot conversationnel pose des questions aux patients par rapport à un algorithme préétabli avec le médecin-référent spécialiste, pneumologue ou gastro-entérologue. Le robot évalue de manière automatique les réponses et peut proposer au patient de prendre rendez-vous le plus rapidement possible dans le cas d’un risque identifié, par exemple.

Trois grands laboratoires pharmaceutiques mobilisés

La société Calmedica vient de recevoir le soutien de 3 grands laboratoires pharmaceutiques, AstraZeneca (chiffre d’affaires de 24 milliards de dollars), Roche (57 milliards d’euros) et Takeda (chiffre d’affaires de 16 milliards d’euros), afin que le chatbot soit proposé aux patients atteints de maladies chroniques. Il s’agit de l’asthme, du cancer du poumon et des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (Mici).

« Il est important de proposer, aux patients et aux médecins, des outils qui permettent d’identifier les poussées inflammatoires« 

« L’asthme est une maladie chronique mais les symptômes sont variables en fréquence et en intensité » commente le Professeur Gilles Garcia de l’Unité de Pneumologie de l’Hôpital Privé d’Antony. « Il est donc important de proposer, aux patients et aux médecins, des outils qui permettent d’identifier les poussées inflammatoires qui peuvent mettre le patient en danger et de mettre en place plus rapidement une consultation ou une prise en charge adaptée » explique-t-il.  

Le laboratoire AstraZeneca est spécialisé dans l’asthme, une maladie inflammatoire chronique qui touche 6,7% de la population française, indique-t-il. Il ajoute que la crise est la manifestation la plus fréquente de l’asthme qui tue près de 900 personnes par an en France, et chaque crise peut être grave et engendre environ 60 000 hospitalisations par an.

4 questions simples pour un suivi régulier de l’asthme

Le laboratoire entend sensibiliser sur les risques liés à l’asthme. Il pousse à un contrôle quotidien du patient asthmatique illustré par 4 questions simples. Il s’agit de « Avez-vous ressenti plus de 2 fois par semaine des symptômes durant la journée ? » ; « Avez-vous été réveillé la nuit par votre asthme ? » ; « Avez-vous eu besoin de prendre votre traitement de crise ou de secours plus de 2 fois par semaine ? » et « Vous êtes-vous senti limité ou gêné dans vos activités quotidiennes à cause de votre asthme ? »

Le chatbot doit permettre de gérer le contrôle de façon simple et personnalisée

Ce contrôle quotidien devient un élément phare du suivi et facile à objectiver à la fois par le patient et le médecin. Le chatbot doit permettre de mieux gérer ce contrôle de façon simple et personnalisée, afin que les patients maîtrisent mieux leurs symptômes pour prévenir les crises et également pour les rassurer. Bref, cela doit améliorer leur qualité de vie au quotidien.

Le laboratoire Roche pour sa part se mobilise afin d’améliorer l’expérience des parcours de soins des patients atteints d’un cancer du poumon. On détecte 40 000 nouveaux cas en France chaque année. « Nous soutenons le déploiement de la solution Memoquest de Calmedica dans les services d’onco-pneumologie » confirme Anne Philippot, directrice Expérience Client, Digital & Innovation chez Roche Pharma France. « Notre ambition est d’améliorer l’expérience et le suivi personnalisé des patients atteints d’un cancer du poumon dans une logique d’efficience du système de santé » ajoute-t-elle. Quant à Takeda, il s’engage en gastro-entérologie. Les Maladies Chroniques Inflammatoires Intestinales (MICI) touchent 250 000 personnes en France avec 8 000 nouveaux cas chaque année.

Améliorer la qualité de vie des malades

Les maladies gastro-intestinales peuvent être invalidantes et bouleverser la qualité de vie des patients. La rectocolite hémorragique (RCH) et la maladie de Crohn (MC) sont deux des formes les plus courantes des Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin. Afin d’améliorer la qualité de vie des patients, Takeda a retenu Memoquest. « Cette solution simple pour les patients devra pouvoir contribuer à cet objectif en facilitant les contacts avec leur gastro-entérologue » estime Julie Puype, Présidente de Takeda France.
Pour ces trois maladies, la surveillance par le robot conversationnel doit rassurer et la conception des algorithmes en amont permettra de déclencher une alerte en cas de perte de contrôle ou de risque identifié pour le patient.

Cet outil de dialogue automatisé doit permettre aux établissements de soins de concentrer des ressources sur les patients qui en ont le plus besoin

Cet outil de dialogue automatisé doit permettre aux établissements de soins d’identifier les patients à domicile nécessitant une assistance et de concentrer des ressources médicales et paramédicales sur les patients qui en ont le plus besoin. L’outil Memoquest est utilisé dans plusieurs parcours de soins en chirurgie, oncologie, cardiologie, maladies respiratoires, maladies inflammatoires, etc.

Les contenus des messages sont adaptés aux besoins du professionnel de santé, et un algorithme spécifique est mis en place pour chaque établissement. La solution est compatible avec les logiciels utilisés tels que DPI (Dossier Patient informatisé), GAP (Gestion administrative du patient), etc. et aux formats HL7 (Health Level 7), HL7FHIR (HL7 Fast Healthcare Interoperability Resources), csv.

Désengorger le système de santé

Calmedica est une solution sélectionnée dans le cadre de la Coalition Innovation Santé, un consortium d’une cinquantaine d’acteurs publics et privés, qui s’est constitué pour permettre la continuité de la prise en charge des patients chroniques et le désengorgement du système de soins pendant la pandémie de Covid-19. On y trouve essentiellement des laboratoires pharmaceutiques (Ipsen, Sanofi, Pfizer, Roche, Gsk, etc.) ainsi qu’Altran, l’AP HP, France Digitale, BPI France, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !