Kevin, le hacker belge qui veut se faire des amis, risque 22 ans de prison au Texas

Kevin, 28 ans, est un hacker belge issu de Flandre, qui risque 22 ans de prison au Texas pour avoir piraté la compagnie aérienne American Airlines. Il s’agit d’un récidiviste naïf selon un article du site 7sur7.be. Un procès aura lieu à Malines en Belgique, ce mercredi, où la peine maximale qu’il encourt est de 5 ans. Kevin ne sera pas présent cependant, car il est détenu à Milan, depuis octobre 2021.

Intrusion dans le système informatique d’American Airlines

Son incarcération est due à une intrusion à l’été 2017 dans le système informatique de la compagnie aérienne American Airlines, dont le siège est au Texas. Le FBI a identifié Kevin, un informaticien habitant chez ses parents à Malines. Il s’était octroyé dix billets en classe affaires sans payer. Leur coût était de 112 000 dollars mais il n’avait pas utilisé ces billets. Kevin avait aussi consulté des dossiers du personnel de la compagnie.

L’extradition de Kevin vers les Etats-Unis a été demandée par la compagnie aérienne. La demande a été refusée par la Belgique mais apparemment sans en avertir ni Kevin ni ses parents. Sur ce, le père de Kevin lui offre un déplacement à Milan en octobre 2021, afin d’assister à la Ligue des Nations de football. C’est là que les forces de l’ordre italiennes ont arrêté Kevin. L’Italie a alors accepté que Kevin soit extradé vers les États-Unis mais l’extradition a été suspendue jusqu’au 13 septembre 2022, à la demande des avocats de Kevin et un procès aura lieu ce mercredi en Belgique, avec l’espoir d’apaiser les autorités américaines.

Un passif conséquent depuis ses 12 ans

Reste que le passif de Kevin semble assez lourd si l’on en croit 7sur7 et le jeune homme paraît ne pas apprendre de ses erreurs passées. En 2020, le même tribunal de Malines avait déjà condamné Kevin à 12 000 euros de dommages et intérêts pour avoir réservé pour 31 000 € de billets sur Brussels Airlines. Kevin avait offert deux billets à des personnes qu’il avait rencontrées sur internet. « Il voulait juste se faire des amis » avait défendu son avocat. De plus,  à 12 ans, le jeune garçon avait hacké le système informatique du cinéma Utopolis. Il avait fait faire croire que tous les sièges étaient réservés. Lui et un ami ont pu regarder un film gratuitement, seuls, dans la salle de cinéma.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *