Decathlon passe à l’étiquetage électronique de ses rayons

Etiquetage électronique (Illustration)

Decathlon prépare la mise en place  à grande échelle de l’étiquetage électronique de ses rayons de magasins.  Le recours à l’électronique vise surtout à éviter les tâches manuelles sans valeur ajoutée et fatigantes de mise à jour des étiquettes traditionnelles en papier par les équipes des magasins. Il fallait imprimer les étiquettes et se déplacer dans les surfaces de 3000 m2 des magasins pour les installer dans les rayons.

Tests réussis dans plusieurs magasins en Belgique

Après des tests réussis en Belgique, dans plusieurs magasins, l’enseigne de sport veut passer à l’étape supérieure en équipant les 40 magasins du pays. On parle de 5000 étiquettes électroniques par magasin. Decathlon est une société très utilisatrice de technologies et souhaite devenir un « giant tech ». Elle est notamment connue pour avoir effectué un déploiement massif de l’étiquetage par RFID de ses produits. Cela permet de placer tous les produits dans un bac lors du passage en caisse afin de savoir combien il faut payer en quelques secondes.

Le test de l’étiquetage électronique des rayons a en particulier été réussi avec la solution de la société françaises SES Imagotag. Les étiquettes électroniques utilisent le réseau wifi déjà installé dans les magasins de la marque. Il s’agit notamment de produits réseau sans fil Meraki de la société américaine Cisco qui intègrent le protocole des étiquettes électroniques de SES Imagotag. Les étiquettes électroniques sont centralisées dans le Cloud, en l’occurrence Azure de Microsoft. Decathlon pour sa part utilise les services de Cloud des trois principaux fournisseurs du marché, GCP (Google Cloud Platform), Azure et AWS (Amazon Web Services).

Transformer les magasins en centres de services grâce aux étiquettes électroniques

Le Français SES Imagotag propose de transformer les magasins en centres de services grâce aux fonctions embarquées dans les étiquettes électroniques. A l’heure où les entrepôts sot automatisés, les étiquettes doivent par exemple épauler les opérateurs en point de vente – en clignotant afin de repérer les produits – lorsqu’ils préparent les courses des clients, de type Drive ou en Click and Collect, pour les commandes réalisées en e-commerce.  



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *