Présidentielles 2017 : Google ne financera pas le très haut débit en France

De gauche à droite, les représentants du numérique pour les candidats Macron, Fillon, Mélenchon et Hamon, le 21 mars

Les candidats à la Présidentielle 2017 sont tous pour la neutralité d’internet et par voie de conséquence pour que Google ne paie pas pour le déploiement des réseaux à très haut débit en France.

Table ronde le 21 mars

C’est ce que déclarent leurs ambassadeurs. Ils se sont exprimés à l’occasion d’une table ronde organisée le 21 mars par le Carrefour de l’internet des objets, à Paris. L’événement a réuni les ambassadeurs du numérique des candidats Emmanuel Macron, Benoît Hamon, François Fillon et Jean-Paul Mélenchon. Les équipes de Marine Le Pen ont décliné l’invitation.

« La neutralité du Net est indispensable, idem pour le zéro rating. C’est une liberté fondamentale, » affirme Gérald Elbaze de l’équipe en charge du numérique pour Benoît Hamon. Pour lui, les infrastructures télécoms doivent rester neutres et il est même prêt à la création de l’équivalent d’un RFF (Réseau Ferré de France) pour les infrastructures télécoms.

Défendre la neutralité du Net

De même côté François Fillon, « Nous sommes tous d’accord pour défendre la neutralité du Net, il faut la garder car elle est voulue par les Européens, » constate Eric Pilat, responsable de la France numérique avec Fillon. Sinon, les Gafam (Google Apple Facebook Apple et Microsoft) demanderaient une priorisation de leurs flux, alors qu’aujourd’hui le coût du service est assuré par l’utilisateur, précise-t-il. « L’utilisateur veut la neutralité du Net, » affirme-t-il.

« Nous sommes très attachés à la neutralité du Net, » déclare pour sa part Matthieu Faure, responsable de la campagne numérique de Jean-Luc Mélanchon. Il estime même que dans le cas contraire, cela empêcherait l’innovation, car les startups n’auraient pas accès aux mêmes conditions que les grands groupes.

Un discours combattu actuellement par les gros fournisseurs d’accès à internet aux Etats Unis sous l’ère Trump et qui affirment ne pas investir car ils n’ont pas le droit de privilégier certains services qu’ils délivrent et ainsi mieux se rémunérer.

Le THD pour tous même en campagne 

Autre consensus dans les équipes numériques des candidats : il faut distribuer le THD (Très Haut Débit) jusqu’à l’utilisateur final même en zone rurale. Il faudra alors mêler les technologies fibre optique, 4G et la 5G à partir de 2020. « Il faut mettre la fibre optique dans les territoires ruraux, » martèle le représentant de Jean-Luc Mélenchon.

« Il y a une urgence sur le THD, on veut amener la fibre jusqu’au hameau, et à partir de là utiliser le mix technologique pour délivrer l’accès à internet, il faut un numérique accessible » insiste Gérald Elbaze, de l’équipe nationale en charge du numérique de Benoît Hamon.

Le retard à rattraper serait important. « En THD, la France est 26ème sur 27 pays en Europe, » s’indigne Eric Pilat, responsable de la France numérique avec Fillon. Dès lors, il faut mêler la 4G et la 5G à la fibre optique, sinon il faudra 10 ans si l’on recoure uniquement à la fibre optique, estime l’équipe de François Fillon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !