Une filière du calcul quantique français encadrée par les enjeux militaires

Florence Parly, ministre des armées

La France travaille à créer une plateforme quantique qu’elle finance à hauteur de 70 millions d’euros pour les startups et les industriels. Cette plateforme est portée par les enjeux militaires.

Couplage quantique et informatique en 2023

Le gouvernement français investira dans un premier temps 70 millions d’euros pour créer une plateforme de calcul hybride interconnectant des systèmes informatiques classiques et des ordinateurs quantiques. Le premier couplage d’une machine quantique avec un supercalculateur est attendu pour début 2023.

Le gouvernement investira en tout 170 millions d’euros dans  cette plateforme hébergée au ‘Très Grand Centre de Calcul’ de la Technopole Teratec de Bruyères-le-Châtel situé à une trentaine de kilomètres au sud de Paris, au CEA DAM (direction des applications militaires). Ce site est dédié à la conception et à la garantie des charges nucléaires, à la lutte contre la prolifération nucléaire et le terrorisme et à l’ingénierie nucléaire.


L’annonce de cet investissement a mobilisé le 4 janvier Florence Parly, ministre des Armées et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, accompagnées du  secrétaire d’Etat du Numérique Cédric O.

Une stratégie nationale lancée en janvier 2021

Cette annonce s’inscrit dans la stratégie nationale sur les technologies quantiques lancée par le Président de la République, Emmanuel Macron il y a 1 an, en janvier 2021. Sur la période 2021-2025. Un investissement de 1,8 milliard d’euros dont 1 milliard financé par l’Etat sera réalisé. L’Union européenne et des industriels financeront aussi l’opération. L’objectif est de créer 16 000 emplois dans le secteur du calcul quantique d’ici 2030.

La puissance du calcul quantique est inédite. En exploitant des propriétés de la matière à l’échelle de l’infiniment petit, l’ordinateur quantique serait capable de traiter des masses de données gigantesques et d’effectuer des calculs d’une rapidité qui n’est pas accessible avec les ordinateurs les plus puissants.

Les pays les plus en avance sur ces technologies disposeront d’un avantage considérable. « Les technologies quantiques […] présentent un intérêt absolument stratégique pour la protection des Français » affirme Florence Parly, ministre des Armées, lors de l’annonce du lancement de la plateforme nationale de calcul quantique. « L’objectif est simple : construire une filière quantique souveraine. Pour gagner aujourd’hui les combats de demain » poursuit-elle. « La nouvelle plateforme sera mise à disposition d’experts, de chercheurs, de startups et d’industriels. Elle sera un espace de test, de synergie et de découverte pour exploiter tout le potentiel de cette technologie » termine-t-elle.

Identifier de nouveaux cas d’usage du quantique

Le gouvernement souhaite faciliter l’accès aux capacités de calcul quantique à une communauté française mais aussi européenne de laboratoires, startups et industriels. Ces experts pourront identifier, développer et tester de nouveaux cas d’usages. Si les technologies quantiques permettront des révolutions technologiques et des avancées majeures dans de nombreux secteurs d’importance, elles pourraient accorder une supériorité stratégique sur le plan militaire à ceux qui la maitriseront. L’accès à cette plateforme se fera avec l’aval des ministères de l’Enseignement supérieur, de l’Économie et des Armées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *