Supprimer la dette technique des applications métiers avec GraphApps

GraphApps propose une nouvelle façon de bâtir des applications métiers moins coûteuse et plus réactive en utilisant les bases de graphes Neo4j ou OrientDB.

Startup Aixoise créée en 2016

« Depuis quelques années, ces bases de données très souples ont été utilisées dans le domaine du Big Data mais aucun outil ne permet de construire des applications métiers en bénéficiant, au sein de l’application métier, de la souplesse de la base de graphes, » expliquent Olivier Rey et Jean-Marc Roquelaure, les fondateurs de la startup Aixoise, créée en 2016.

C’est la cible de GraphApps qui propose un Designer (outil de conception d’applications orientées graphes) et un framework web complet (framework web entier ou backend web services) pour développer des applications de gestion sur la base de graphes.

Suppression de la dette technique

Le modèle de programmation proposé par cette nouvelle méthode de développement d’applications est plus simple que les actuels paradigmes de programmation orientés objet. Avantage incroyable selon ses concepteurs : il n’y a pas de génération de dette technique.

GraphApps propose que chaque application devienne infiniment extensible sans avoir besoin de « refactoring », ni de « resteting », ni de migration de données. « En bref, le coût du point de fonction supplémentaire reste constant durant les phases de TMA, alors qu’avec les modes de programmation actuels, il est en constante croissance, » poursuivent ses concepteurs.

GraphApps est donc un nouveau mode de construction des applications qui change la donne car un investissement sur une application GraphApps promet d’assurer une évolutivité constante avec un coût du point de fonction qui est celui du projet.

Adaptation des composants

Par ailleurs, le framework GraphApps délivre une série de composants réutilisables permettant de faire des applications dans lesquelles une partie de la navigation peut-être adaptée par l’utilisateur au regard de ses propres besoins.

L’ergonomie se veut extrêmement intuitive afin de réduire les investissements en formation des utilisateurs ainsi que les conflits sur le choix nécessaire d’un processus par rapport à un autre.

Différents services de l’entreprise peuvent utiliser la même application de manière radicalement différente sans que les informaticiens aient besoin de spécifier et de développer ces spécificités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !