Productivité au travail : « n’espionnez pas vos employés » conseille Microsoft

Satya Nadella, Microsoft et Ryan Roslansky, Linkedin

Alors que le télétravail s’est banalisé à la suite de l’épidémie de Covid-19, une question demeure côté managers, est-ce que les employés travaillent suffisamment ? La réponse ne passe par l’espionnage si l’on en croit Microsoft.

Les employés doivent être satisfaits de leur travail

Satya Nadella, patron de Microsoft, et Jared Spataro, Vice Président de Microsoft mettent en avant l’importance des outils de télétravail et les nouvelles capacités de management pour que les employés soient satisfaits de leur travail. L’usage de dispositifs de surveillance de l’usage du clavier ou de la souris par les employés est écarté.  

Les managers ne savent pas si les employés sont productifs

Il existe un débat sur la surveillance des employés. Un sondage réalisé par Microsoft montre que les managers ne savent pas si les employés sont productifs. Il y a une divergence complète sur ce sujet, entre le management et les employés. Un très grand nombre (85%) de managers craignent de ne pas pouvoir dire si les employés en font assez, tandis que 87 % des travailleurs disent que leur productivité est bonne.

« Il y a une paranoïa de la productivité » sourit Satya Nadella. « Cela émerge lorsque les dirigeants pensent que leurs employés ne sont pas productifs, alors que les employés pensent qu’ils sont productifs et, dans de nombreux cas, se sentent même épuisés » déclare-t-il lors d’une interview à Bloomberg Television. « Il faut combler ce paradoxe du travail hybride » dit-il. « Il faut à la fois de nouvelles capacités de management et de nouveaux outils afin d’évacuer cette paranoïa » ajoute-t-il. Les employés doivent éprouver que leur travail a du sens et se sentir à l’aise. Ils apprécient de gagner en compétences tandis que les managers veulent que leurs salariés se sentent bien.



La proportion de postes en télétravail sur Linkedin est de 15%

Dans le même temps, on relève que le nombre de postes proposés sur Linkedin – une filiale de Microsoft depuis 2016 – en travail à distance était de 2% avant la crise de la Covid en 2019, il est actuellement en septembre 2022 de 15% après être passé par un pic de 20% en mars 2022, il y a seulement quelques mois. « Il y a de l’incertitude » résume Ryan Roslansky, DG de Linkedin.

« Les employeurs ne devraient pas prendre note de l’activité des frappes de clavier et des clics de souris »

Microsoft souhaite que les dirigeants sachent que la surveillance n’est pas la solution pour augmenter la productivité. « Nous ne pensons pas que les employeurs devraient surveiller et prendre note de l’activité des frappes de clavier et des clics de souris et de ce genre de choses » avertit Jared Spataro, Vice président de Microsoft for modern work. Certains employeurs prennent même des photos aléatoirement afin de s’assurer que l’employé est présent devant son PC.

De nombreux dirigeants d’entreprise aspirent à revenir à l’époque du travail sur site en personne, reconnaît Jared  Spataro. Mais Microsoft recommande toujours une approche flexible. « Les gens viennent travailler pour les autres personnes, pas à cause de certaines règles. Il faut apprendre à faire du bureau un endroit attractif  » conclut Satya Nadella.

Jared Spataro et Satya Nadella, Microsoft et Ryan Roslansky de Linkedin, 22 septembre

Un sondage de Microsoft auprès de 20 000 personnes

Microsoft a sondé des employés dans le monde dans divers secteurs d’activité pendant la pandémie. Les dernières données concernent 20 000 personnes dans 11 pays afin de suivre les tendances et d’ajuster sa technologie pour répondre aux besoins des clients.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *