Luxe de seconde main et technologie : Vestiaire collective monte en puissance au niveau mondial

Le site de vêtements et d’accessoires de luxe d’occasion Vestiaire Collective vient d’obtenir un financement de 178 millions d’euros (216 millions de dollars) de la part du groupe de luxe Kering et du fonds d’investissement américain Tiger Global Management. En échange, Vestiaire Collective cède 5% de son capital. Le partenariat avec Kering n’est pas exclusif  et permettra à Vestiaire Collective de nouer des accords avec d’autres groupes de luxe. Jusqu’à présent Vestiaire Collective avait déjà levé 205 millions d’euros de financement en cinq fois depuis 1013.

Investissement dans la technologie et le développement international

Vestiaire Collective entend accélérer son développement à l’international en particulier en Asie et investir dans la technologie et les données. « Nous allons investir dans l’intelligence artificielle et un plan de recrutement de 150 ‘techs’ est prévu, ingénieurs et développeurs, essentiellement en France » annonce Fanny Moizant, cofondatrice de Vestiaire Collective, créé en 2008.  

La stratégie consistera à développer l’intelligence artificielle et à mieux utiliser les données afin d’améliorer l’expérience client

La feuille de route en matière d’innovation technologique et de science des données de Vestiaire Collective est considérée comme indispensable afin de concrétiser sa vision de la mode circulaire. Cette stratégie consistera principalement à développer l’intelligence artificielle et à mieux utiliser les données, afin d’améliorer l’expérience client. L’entreprise va  plus que doubler les effectifs de son équipe Technologie, en créant 155 nouveaux postes dans les domaines de l’analyse de données, de l’ingénierie, des technologies et du développement produit.

Cela permettra à la plateforme d’améliorer ses fonctionnalités à destination de sa communauté de clients, telles que les recommandations de profils et d’articles basées sur le comportement de l’utilisateur, un algorithme dynamique de fixation des prix permettant une recommandation en temps réel aux vendeurs, ou encore un portefeuille numérique incitant les vendeurs à réinvestir dans de la seconde main.

Une plateforme forte de sa communauté de 11 millions de membres

Vestiaire Collective emploie 400 personnes, entre la France, l’Allemagne et Hong Kong. La force de la plateforme est de réunir 11 millions de membres et de présenter un inventaire de 3 millions de pièces d’occasion de grande qualité, défend Fanny Moizant. Le processus de vérification des produits proposés est également sélectif, ce qui permet de maintenir la confiance avec les clients. En contre partie, la commission prélevée par la plateforme lors de la revente des produits est élevée et atteint 20%.

La part des pièces de seconde main dans la garde-robe des particuliers devrait passer de 21% en 2021 à 27% en 2023

La cofondatrice annonce sa volonté de transformer l’industrie de la mode afin qu’elle entre dans une économie circulaire moins polluante et dans laquelle les pièces du luxe durent plus longtemps grâce à une seconde vie. La part des pièces de seconde main dans la garde-robe des particuliers devrait passer de 21% en 2021 à 27% en 2023, et le marché de la seconde main devrait atteindre plus de 60 milliards de dollars d’ici 2025, estime Kering.

« Le luxe de seconde main est désormais une tendance réelle et profonde, en particulier parmi les jeunes consommateurs » considère François-Henri Pinault, PDG de Kering. « Plutôt que de l’ignorer, nous voulons saisir cette opportunité pour améliorer les services proposés à nos clients et orienter l’avenir de notre secteur vers des pratiques plus innovantes et plus durables » ajoute-t-il.

Des technologies pour la prochaine génération de consommateurs

« Notre stratégie d’innovation vise à investir dans des marques et des technologies destinées à la prochaine génération de consommateurs » commente pour sa part Grégory Boutté, Chief Client and Digital Officer de Kering. « Nous privilégions des modèles économiques de rupture à même de nous aider à mieux servir nos clients et à améliorer nos performances » dit-il. L’année 2020 a été particulièrement bonne pour Vestiaire Collective, qui a vu le volume de transactions sur sa plateforme augmenter de plus de 100% par rapport à l’année précédente.

La société d’investissement Tiger Global est spécialisée dans le secteur de la technologie, et a accompagné Facebook et Spotify

En 2020, le nombre de membres enregistrés a augmenté de 90%. Les actionnaires historiques, Maximilian Bittner, PDG de Vestiaire Collective, Bpifrance, Condé Nast, le groupe Eurazeo, certains des fonds gérés par Fidelity International, Korelya Capital, Luxury Tech Fund et Vitruvian Partners réinvestissent également. La société américaine d’investissement Tiger Global Management est spécialisée dans le secteur de la technologie. Elle a accompagné le développement d’entreprises disruptives à forte croissance, telles que Facebook ou Spotify. Elle connaît bien le marché américain, ce qui doit être un atout pour concrétiser les ambitions d’expansion de Vestiaire Collective en Amérique du Nord.

« Vestiaire Collective prévoit de capitaliser sur une croissance déjà spectaculaire aux États-Unis et en Asie-Pacifique. En janvier 2021, les vendeurs locaux dans ces deux zones géographiques ont enregistré une croissance supérieure à 250% de leur nombre d’articles vendus par rapport à l’année précédente » pointe Griffin Schroeder, associé chez Tiger Global. Vestiaire Collective veut favoriser la réutilisation des articles tout en réduisant les pertes et a imaginé le service « Brand Approved », solution circulaire de rachat des pièces pour les marques, visant à décorréler la rentabilité et l’utilisation des ressources naturelles.

La Maison Alexander MCQueen de Kering intègre la démarche circulaire

Ce nouveau programme vient d’être lancé en collaboration avec la Maison Alexander McQueen du groupe Kering, et lui permet d’intégrer la démarche circulaire dans son modèle économique. Cette solution doit être étendue à d’autres marques de luxe. Vestiaire Collective vient d’achever une analyse complète de son cycle de vie, et se fixe pour objectif d’être neutre en carbone d’ici 2026. Trois mesures ont été engagées : un plan de réduction des émissions de CO2, une réflexion sur la diminution des distances d’expédition par un dispositif d’envoi local, et le développement du service d’Envoi Direct. La plateforme va proposer davantage de modes d’expédition écologiques et vient de mettre en place des emballages minimalistes, 100 % réduits, recyclés et recyclables.

Vestiaire collective vérifie l’authenticité des produits

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L'actualité du digital

    Le meilleur de la transformation des entreprises


    Restez connecté !