Les Républicains misent sur un panel de Français pour trouver leur candidat à la Présidentielle

Christian Jacob, Président de Les Républicains

Les Républicains optent pour des enquêtes d’opinion grand format, « quanti » et « quali » afin de voir si les Français plébiscitent un candidat dans leur famille politique pour la prochaine présidentielle qui aura lieu en mai 2022. Deux enquêtes d’opinions seront menées sur un panel de 15 000 Français qui se reconnaissent dans les valeurs de la droite et du centre. Une première vague de résultats sortira autour du 20 septembre, et une deuxième vague arrivera en octobre. 

Des bases scientifiques et incontestables

« L’intérêt est d’avoir des bases scientifiques, solides, incontestables, qui permettent d’éclairer les choses » décrit Christian Jacob, Président de Les Républicains. Il a pris la parole à l’occasion d’une conférence de presse, le 9 mai. Soit ces sondages montrent qu’un candidat « écrase le match » dit Christian Jacob, soit, ce n’est pas le cas, et dans le même temps, Jean Léonetti, ancien ministre, est chargé par Les Républicains de travailler sur un processus de sélection du candidat ou de la candidate pour les familles politiques de la droite et du centre.

« Ces enquêtes d’opinion sont un élément d’éclairage »

La présidentielle de 2017 avec son processus des primaires opposant ses leaders a laissé des souvenirs très douloureux et Les Républicains voudraient éviter d’y recourir à nouveau. En ce qui concerne ces enquêtes d’opinion, « ce n’est pas un élément de décision, c’est un élément d’éclairage » précise toutefois Christian Jacob. L’objectif est que Les Républicains disposent courant novembre d’un candidat qui portera leurs valeurs.

Le panel de 15 000 Français va donner des résultats « quanti » mais aussi « quali » sur les capacités de rassembler de chaque candidat et de porter aussi les valeurs qui sont les nôtres, ajoute le Président des Républicains. « Soit on a un candidat qui naturellement écrase le match à l’issue de ces enquêtes d’opinion, et là chacun aura la liberté de voir s’il se maintient, s’il se retire, etc. soit on sera sur un processus de sélection mais que l’on va préparer en amont » précise-t-il.

Une liste de candidats de Jean-Christophe Lagarde à Eric Zemmour

Comment sera établie la liste des candidats potentiels soumise au panel de Français, et ira-t-elle de Jean-Christophe Lagarde à Eric Zemmour, comme cela a pu être suggéré ? « On va voir tout ce travail pendant l’été. Il va nous permettre de pouvoir évaluer tout cela. Je ne vais pas répondre à cela tout de suite » réplique Christian Jacob. « Il y a un certain nombre de candidats qui ont manifesté leur désir a minima d’être testés et plus si affinités, mais il peut y en avoir d’autres » ajoute-t-il.

Jean Léonetti doit présenter ses propositions en septembre

S’il n’y a pas de candidat naturel qui s’impose, les modalités qui s’appliqueront seront définies par Jean Léonetti. « Il va préparer les travaux sur la méthode qui seront proposés à la fois au bureau politique et au conseil national fin septembre » déclare Christian Jacob. Les sondages d’opinion seront menées par Pascal Perrinneau, politologue du Cevipof, considéré comme un gage de sérieux par Les Républicains. 

« Notre objectif est d’être dans le rassemblement. Les systèmes de division et d’affrontement nous ont conduits à l’échec, et donc tout ce qui permet de rassembler doit être utilisé. Et je pense qu’une enquête d’opinion avec le sérieux du Cevipof, est un élément d’éclairage » précise Christian Jacob.

Jean Léonetti chargé de jouer l’intermédiaire avec tous les candidats potentiels

Jean Léonetti est chargé de prendre attache avec les candidats potentiels, mais pas uniquement. « Nous avons des gens qui ne sont pas candidats ou qui n’envisagent pas d’être candidats à la Présidentielle, qui ont pourtant des idées. Nous sommes vraiment dans une logique de tout faire pour rassembler et de ne pas chauffer les uns contre les autres » insiste Christian Jacob.

Les militants se retrouvent sur les propositions concernant l’immigration, l’économie, la sécurité, les impôts ou les dépenses publiques

Le dirigeant pointe que sur les propositions concernant l’immigration, l’économie, la sécurité, les impôts ou les dépenses publiques, les votes favorables récoltent de 75% à 90-95% chez les militants lors des conventions. « On se retrouve très largement » établit-il. Il ne reste plus qu’à faire en sorte que les candidats potentiels acceptent de soutenir celui qui émergera de tout ce processus pour mener Les Républicains à la Présidentielle. A noter que dans la foulée de la conférence de presse, le Cevipof a précisé qu’il ne réalisait pas les sondages mentionnés par Christian Jacob. « Ce n’est pas le Cevipof qui organise ces sondages mais Les Républicains avec un institut de sondage. L’implication dans ces sondages d’un chercheur du Cevipof, le professeur Pascal Perrineau est à titre personnel et n’engage pas le laboratoire » déclare Florent Parmentier, Secrétaire Général du Cevipof.

Le jeudi, Christian Jacob a reconnu qu’il était allé un peu vite en parlant de sondages du Cevipof et il a présenté ses excuses au directeur de l’organisme. Il fallait comprendre qu’il parlait de sondages de sondages de type « Cevipof ». « Je présente mes excuses au Cevipof et à Martial Foucault pour la confusion et le raccourci de langage lors de ma conférence de presse. Le Cevipof n’est en rien concerné par cette étude qui sera menée par un institut de sondage sous la supervision scientifique de Pascal Perrineau » conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L'actualité du digital

    Le meilleur de la transformation des entreprises


    Restez connecté !