Les femmes doivent prendre la parole sur le web par la vidéo

Eléonore Maugeais, membre de l'association Les Internettes, 19 décembre

Les femmes doivent oser prendre la parole sur le web en particulier par la vidéo. C’est ce que défend Eléonore Maugeais, membre de l’association Les Internettes. Elle a pris la parole le 19 décembre, à l’occasion d’une table ronde sur « le numérique est-il sexiste ? » organisée à Paris.

L’association Les internettes créée en 2016 encourage les créatrices de vidéos sur le Net et en particulier les Youtubeuses. Celles-ci occupent habituellement les domaines de la beauté, du mode de vie et aussi de l’humour, avec comme stars du domaine Natoo, Sananas, JenesuispasJolie ou Enjoyphoenix. L’association Les internettes veut pousser les femmes à s’exprimer sur tous les sujets, sport compris.

« Par rapport aux hommes, les femmes se brident car elles savent qu’elles seront plus facilement attaquées, » estime Eléonore Maugeais. Dans des domaines comme l’histoire ou les sciences, un homme prend la parole plus facilement, « à partir du moment où cela l’intéresse et donc même s’il n’est pas un expert« , note-t-elle. Une femme ne se sent pas facilement légitime. « Elle va d’abord vouloir faire une formation, par exemple, » pointe-t-elle.

Les femmes se mettent des barrières, « c’est dommage car l’objectif est d’oser, » regrette-t-elle. Une solution passe par les réseaux de femmes pour se mettre en situation. On dénombre environ 400 associations féminines en France. Les femmes ont l’impression d’éviter la « fosse aux ours », explique Eléonore Maugeais. Elle a la conviction que souvent il ne suffit pas de grand chose pour qu’une femme ose. L’environnement bienveillant des associations de femmes favorise la prise de parole : « Votre parole nous intéresse, allez-y » conclut-elle.

Avatar

Sandrine Baslé

Sandrine Baslé est spécialiste de la relation client, du marketing et de la vente de services. Ancienne d’Ipsos et de l’Institut CSA, elle a conduit de nombreuses missions de conseil dans le cadre de changement de culture d’entreprises. Elle a été avocate puis correspondante à Londres du journal Service News. Elle est également enseignante en marketing, études de marché et communication à l’IIM (Institut d’Internet et du Multimedia) et à TBS (Toulouse Business School) et directrice associée de Qualiview conseil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *