Les escrocs et cybercriminels profitent rapidement du Covid-19

A l’heure de l’épidémie de Coronavirus, des escrocs capitalisent sur les angoisses et les craintes durant la crise. Europol, l’agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité, prévient les organisations et les personnes d’être vigilantes.

Escroqueries sur des masques payés jamais livrés

Les actes constatés sont notamment des escroqueries d’approvisionnement et de décontamination. Une enquête soutenue par Europol porte sur le transfert de 6,6 millions d’euros par une entreprise vers Singapour afin d’acheter des gels d’alcool et des masques FFP3 / 2. Les marchandises n’ont jamais été reçues.

Des criminels utilisent la crise Covid-19 pour mener des attaques d’ingénierie sociale sur le thème de la pandémie pour diffuser divers logiciels malveillants (malwares).  La République tchèque a signalé une attaque informatique le 13 mars contre l’hôpital universitaire de Brno qui a forcé l’hôpital à fermer l’ensemble de son réseau informatique, à reporter des interventions chirurgicales urgentes et à réorienter de nouveaux patients en phase aiguë vers un hôpital voisin.

Le nombre de cyber-attaques contre des organisations devrait augmenter à l’heure où les entreprises facilitent le recours au télétravail et les accès à leurs systèmes d’information. Un risque de diffusion d’une attaque informatique passe par des emails intitulés «coronavirus » contenant des pièces jointes qui une fois ouvertes déclenchent des logiciels malveillants embarqués.  

Les contrefaçons de masques de protection

Autre cas de fraude, la vente de produits de santé et sanitaires contrefaits ainsi que d’équipements de protection individuelle et de produits pharmaceutiques contrefaits s’est multipliée depuis le début de la crise. Par exemple, entre le 3 et le 10 mars 2020, ce sont 34 000 masques chirurgicaux contrefaits qui ont été saisis dans le cadre de l’opération Pangea soutenue par Europol. 

Des stratagèmes sont utilisés pour exploiter la situation actuelle. Cela comprend les escroqueries bien connues impliquant l’usurpation d’identité de représentants des autorités. Les locaux commerciaux et les installations médicales devraient être de plus en plus ciblés pour des cambriolages organisés.

Plusieurs États membres de l’UE ont signalé un mode opératoire similaire pour le vol. Les auteurs ont accès à des maisons privées en se faisant passer pour du personnel médical fournissant du matériel d’information ou des produits d’hygiène ou effectuant un « test Corona ». 

Basée à La Haye, aux Pays-Bas, Europol soutient les États membres de l’UE dans leur lutte contre le terrorisme, la cybercriminalité et d’autres formes graves et organisées de criminalité. 

Le rapport complet d’Europol sur « Comment les criminels exploitent la crise du Covid-19 » peut être téléchargé ICI.

L’opération Pangea a mené à 121 arrestations

L’Opération Pangea a concerné 90 pays entre 3 et le 10 mars, afin de cibler les produits médicaux contrefaits. L’opération a mené à 121 arrestations, la saisie de produits potentiellement dangereux pour une valeur de 13 millions d’euros. 326 000 colis ont été inspectés et 48 000 saisis. Il y a eu 4,4 millions de produits pharmaceutiques saisis. Des masques de protection chirurgicaux ont été saisis ainsi que des tests HIV et de suivi du glucose. Côté Web, 2500 liens ont été stoppés, vers des site Web, des médias sociaux, des places de marché, et des publicités. 37 groupes criminels organisés ont été démantelés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !