Les DSI veulent une clause d’immunité pour leurs données sensibles contre les lois extraterritoriales américaines

La balle est dans le camp de Thierry Breton, commissaire européenn

Les DSI demandent aux autorités européennes de disposer d’une arme absolue – une immunité – afin de protéger si nécessaire leurs données sensibles d’un accès par une autorité étrangère lorsqu’elles sont placées dans un Cloud géré en Europe par un prestataire non européen, américain en l’occurrence.

Une lettre au commissaire européen Thierry Breton

C’est le sens de la lettre que vient d’envoyer Jean Claude Laroche, président du Cigref  et DSI d’Enedis à Thierry Breton, commissaire européen en charge du marché intérieur, Le Cigref est l’association des grandes organisations utilisatrices de l’informatique.

Les DSI des grandes entreprises et administrations publiques, toutes utilisatrices de services Cloud, demandent donc que l’Union européenne incorpore des critères d’immunité aux législations non européennes à portée extraterritoriale dans le niveau le plus élevé du prochain schéma européen de certification pour les services de Cloud (EUCS ou European Cybersecurity Certification Scheme for Cloud Services).

DSI français et allemands main dans la main

En association avec Voice, son homologue allemand, le Cigref demande une certification européenne qui protège les données sensibles des organisations européennes dans le Cloud, vis-à-vis des législations non européennes à portée extraterritoriale. « Nos associations appellent de leurs vœux un schéma européen de certification pour les services de Cloud permettant de garantir dans son niveau le plus élevé l’immunité aux législations non européennes à portée extraterritoriale de certaines offres de services Cloud proposées sur le marché européen » demandent Voice et Cigref.






Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *