Le digital progresse dans le commerce par les startups

Le digital et l’intelligence artificielle progressent chez les enseignes du commerce. Ces innovations arrivent par la collaboration avec de jeunes sociétés de technologie.  En témoigne l’événement de la nuit du commerce connecté, qui présente les liens de plus en plus nombreux qui se nouent ainsi.  

Un check-out différent pour les émotionnels et les rationnels

La Redoute, plateforme de vente en ligne à destination des familles, augmente le taux de conversion sur son site e-commerce en personnalisant l’interface utilisateur selon le profil psychologique du client. Elle s’appuie sur Dotaki une startup qui fournit une intelligence capable d’adapter en temps réel l’interface à la personnalité des utilisateurs, qui peut être soit rationnelle soit émotionnelle. Les rationnels se concentrent sur le paiement de leur commande tandis que les émotionnels se laissent porter par le mouvement et ont besoin d’être rassurés, explique Dotaki.

Les actions consistent à positionner judicieusement des textes rassurants, adapter l’apparence des pages, etc.

En prenant en compte ces différences, on augmente les ventes. « En intervenant sur le parcours de conversion et pas seulement les dernières pages de checkout, nous arrivons à faire gagner entre 2% et 7% de taux de transformation à panier moyen égal  en moins de 6 mois » affirme Dotaki, interrogé par la Fevad. Les actions menées consistent à positionner judicieusement des textes rassurants, adapter l’apparence des pages, modifier l’ordre des moyens de paiement proposés ou mettre plus ou moins en évidence les logos correspondants.


Monoprix pour sa part améliore les prévisions sur ses promotions et les ventes associées. Le commerçant améliore la rentabilité grâce à une hausse des revenus et à une réduction des stocks. Monoprix s’appuie sur Verteego, une société spécialisée créée en 2008,  afin de calculer les prévisions des ventes promotionnelles. Une amélioration de 10 points du taux de précision permet d’éviter 14 tonnes de gaspillage alimentaire par mois par 1 000 m² de surface de vente.

Prédire les spécificités de la clientèle de chaque point de vente

L’enseigne de lingerie RougeGorge pour sa part doit piloter ses stocks en magasin afin de disposer des bonnes tailles et des bons modèles selon la clientèle de chacun de ses points de vente. En lingerie, un même article est proposé en 35 tailles différentes. Afin d’optimiser l’efficacité de chaque magasin, Rougegorge, a mis en place la solution de Fashion Data afin d’identifier les besoins spécifiques à chaque point de vente. RougeGorge est une enseigne de lingerie détenue par la famille Mulliez et dispose d’un réseau de 241 boutiques.

Fashion Data est une startup née à partir du groupe Mulliez. Il s’agit d’une plateforme technique d’usage de la donnée développée en 2019 dont les actionnaires sont 7 entreprises de mode textile du groupe Mulliez. Dans ces 7 marques, on trouve ainsi un pôle féminin qui réunissait à l’origine Pimkie, Rouge Gorge, Grain de Malice, Orsay,  La Gentle Factory, Bizzbee et un pôle masculin avec Brice et Jules. La création de Fashion Data répond au besoin de massifier les données afin de pouvoir prendre des décisions plus pertinentes, et de développer des algorithmes d’intelligence artificielle.

L’ensemble des points de vente Jules est équipé de la solution mobile de Yoobic pour organiser la vie des équipes en magasin

Autre cas, l’enseigne Jules de prêt à porter masculin, en pleine transformation, souhaite améliorer les performances de ses vendeurs, une catégorie d’employés qui ne dispose souvent que d’un smartphone pour accéder aux informations de leur entreprise. L’ensemble des points de vente Jules est équipé de la solution mobile de Yoobic pour organiser la vie des équipes en magasin en leur donnant les informations par exemple sur les procédures de protection sanitaire face au Coronavirus, sur la formation et l’exécution des routines opérationnelles.

Un futur où les vêtements sont conçus pour durer

Jules se positionne vers le futur où les vêtements sont conçus pour durer, être transformés et réutilisés. En pleine refonte, l’enseigne Jules communique actuellement en TV par ses publicités pour déclarer qu’elle ne souhaite plus définir ce que doit être un homme en 2020.. Concernant Yoobic, on parlera également de son usage par Lacoste aux Etats-Unis pour la mise en place des actions anti Covid en boutique afin de rassurer la clientèle.

On citera par ailleurs La Compagnie du lit qui commercialise des matelas, sommiers et oreillers de grandes marques dans ses magasins. Elle regroupe les indicateurs de pilotage de ses points de vente et les consignes pour ses managers dans une application mobile délivrée par Alphalyr créé en 2014. Et il y a l’enseigne de lingerie Etam qui dématérialise son programme de fidélité via les wallet mobiles, ces porte monnaies électroniques de Google et Apple présents dans leur système d’exploitation Android ou iOs, en utilisant la solution de CaptainWallet, société créée en 2013. Le wallet mobile est un canal de communication qui permet d’être en contact plus facilement avec les clientes, afin de leur proposer des promotions ou d’animer la relation par des messages ciblés. Ce canal évite de télécharger une app.

Enfin, Cdiscount, leader français du e-commerce, filiale du groupe Casino, étend son offre alimentaire en nouant en septembre dernier un partenariat exclusif avec Pourdebon.com, une place de marché de produits en direct du producteur et de l’artisan créée en 2016. Le site est co-brandé des 2 enseignes et ouvre l’accès à une livraison directe en provenance de producteurs locaux à 9 millions de clients avec l’objectif de soutenir les producteurs et artisans français. Il s’agit aussi de proposer une alternative de consommation responsable, mettant en valeur les produits locaux, issus d’un authentique savoir-faire.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *