Le Cloud levier business et le Cloud natif : les gains et les différences, le 5 octobre


A l’heure de l’accélération digitale de l’économie et de la plateformisation des entreprises, le recours au « Cloud Computing » devient un passage obligé. Si l’adoption de cette technologie se démocratise, l’étape suivante que constitue le « Cloud natif » bouleverse la manière de concevoir les services et de gérer la puissance informatique. 

Dès lors, comment bénéficier de tous les atouts du Cloud Computing en employant le « Cloud natif ». Quelle voie adopter pour y parvenir ? Une table ronde organisée le 5 octobre prochain détaillera les retours d’expérience de trois leaders qui interviennent dans les domaines critiques des services financiers, des assurances et du paiement. Ils sont nés avec le décollage du web et de l’évolution vers le 100% digital.

Je consulte le programme

Domaines critiques des services financiers, des assurances et du paiement

On pourra ainsi bénéficier des retours d’expérience de Les Furets, un comparateur d’assurances qui s’est imposé comme un passage incontournable à l’ère du digital lorsque l’on choisit son assureur, de Compte Nickel, filiale de BNP Paribas qui a révolutionné le marché du compte bancaire en devenant accessible au plus grand nombre chez les buralistes via des distributeurs automatiques et via internet, et qui passe à l’échelle européenne. Quant à Hipay, il s’agit d’un spécialiste français des services de paiement, clé du succès du e-commerce.

Les entreprises Digital Natives de cette table ronde ont choisi des approches du Cloud différentes, avec un objectif identique d’utiliser le Cloud comme un levier business. Elles ont procédé par « test and learn » afin de pouvoir déployer leurs nouveaux services à grande échelle. Les échecs techniques qui ont pu être rencontrés ne les ont pas freinées.

L’approche Cloud native représente un gain significatif

L’usage de fonctions 100% « Cloud native » représente une transformation significative et cruciale pour bénéficier de tous les apports du Cloud. L’approche appelée « lift & shift » est-elle pertinente ? Cette approche historique consiste à déplacer telle quelle une application dans le Cloud;, depuis les systèmes informatiques de l’entreprise.

Mais cette démarche apporte-t-elle toute la puissance, la flexibilité, l’optimisation des coûts et l’évolutivité attendues ? Doit-on intervenir et transformer avant de migrer vers le Cloud ? Peut-on optimiser ensuite et comment ? La parole sera donnée à Geoffrey Berard, Deputy Chief Technology Officer de Les furets, Paul Marcombes, Head of Data de Compte Nickel, Johan Protin, Lead Software Engineer de Hipay et Seifeddin Mansri, Head of Cloud de SFEIR.

Je consulte le programme




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *