La ville de Lyon veut réduire l’impact carbone de ses systèmes d’information

Gregory Doucet, maire de Lyon

A Lyon, l’informatique est sur la sellette. La ville lance un audit des émissions de gaz à effet de serre de sa Direction des Systèmes d’Information et de la Transformation Numérique. Les résultats de ce bilan carbone sont attendus pour la fin juin 2021. L’audit est effectué par le cabinet spécialisé Carbone 4. Par la suite, la Direction des systèmes d’information devra devenir autonome dans l’évaluation régulière de son empreinte.

Le maire de Lyon engage sa ville contre le réchauffement climatique

Elu en juillet 2020, le nouveau maire écologiste de Lyon, Gregory Doucet, membre d’EELV (Europe Ecologie Les Verts) engage sa ville dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dans ce contexte de changement politique, la Direction des Systèmes d’Information et de la Transformation Numérique va établir son empreinte carbone afin de disposer d’une vision des émissions de gaz à effet de serre associées à son activité.

L’évaluation de l’empreinte carbone couvrira le parc informatique, le réseau et leurs usages. C’est la première étape. La ville veut ensuite réduire ces émissions tout en garantissant un bon niveau de service. La ville va identifier les leviers qui permettraient de réduire l’empreinte environnementale des services informatiques. Elle va interroger les besoins et les usages et veut mettre en place des solutions plus vertueuses.

Un portrait a priori négatif de l’informatique

La ville trace un portrait plutôt négatif de l’informatique. « Le numérique ce sont des métaux qui sont extraits du sol, de l’industrie pour les raffiner, des usines pour construire le matériel, des milliards de kilomètres de câbles pour les réseaux ou encore de l’énergie et de l’électricité pour recharger ou faire fonctionner ce matériel » communique la municipalité. « Les impacts en termes de consommation de ressources et donc de destruction d’espaces naturels sont importants » poursuit-elle. La ville s’appuie sur des chiffres indiquant qu’en 2019, près de 4% des émissions carbonées mondiales sont dues à la production et à l’utilisation des systèmes numériques, ce qui représente davantage que les 2% usuellement attribués au transport aérien civil. 

Le bilan carbone est suivi par Bertrand Maes, adjoint au maire de Lyon et délégué à l’administration générale, à l’informatique, à la politique numérique et aux mairies d’arrondissement. « Le développement du numérique s’accompagne d’impacts croissants sur l’environnement, avec la  consommation de ressources et d’énergie, la production de déchets dont très peu sont recyclés » déclare Bertrand Maes. « Nous voulons engager la ville dans un numérique plus responsable. Le bilan carbone des systèmes d’information de la ville de Lyon est une première étape dans cette démarche. Il doit nous permettre d’identifier les axes de progression majeurs, et nous servir de sensibilisation sur les impacts du numérique » conclut-il.  

Une réaction sur “La ville de Lyon veut réduire l’impact carbone de ses systèmes d’information” :

  1. AvatarMarc Loyat

    Étrange intertitre, en quoi le portrait du numérique est-il négatif ? Je ne vois pas là de jugement positif ou négatif sur le numérique mais l’affirmation d’une réalité. Le numérique n’est pas dématérialisé et oui, produire et utiliser le numérique a un impact fort. Je trouve que se questionner sur le sujet est plutôt positif, comprendre pour mieux choisir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L'actualité du digital

    Le meilleur de la transformation des entreprises


    Restez connecté !