La société Palantir envisage de quitter la Californie « intolérante »

Alex Karp, patron de Palantir

Palantir, la société de logiciels controversée intervenant dans le cadre d’applications de surveillance et de traitement des données massives, envisage de quitter l’état de Californie, s’appuyant sur la réaction récente d’Elon Musk, PDG de Tesla.

Cité par la presse américaine, Alex Karp, patron de Palantir évoque « l’intolérance croissante et la monoculture » de la Californie à l’occasion d’une interview réalisée lundi dernier en téléconférence par Axios et diffusée sur HBO.

En cause, la mobilisation des employés de grands groupes – Google inclus – qui ont poussé leur entreprise en Californie à refuser des contrats gouvernementaux dont ils pensaient qu’ils violaient les droits de l’homme. Palantir a vu certains de ses employés mécontents que la société ait signé un contrat avec le contrôle de l’immigration et des douanes (Immigration and Customs Enforcement).

« Certains de mes employés préférés m’ont crié dessus et certains ont quitté la société » déclare-t-il. « Certains posaient des questions légitimes. Je me suis demandé si j’étais plus jeune, à l’université, est-ce que je protesterais ? Hé bien vous savez, cela dépend » ajoute-t-il. « Leur critique la plus valide est essentiellement est que si vous êtes impliqué dans quelque chose, ce seul cas d’injustice, est-ce que cela ternit tous les cas de justice ? » s’interroge-t-il.

Les logiciels de Palantir servent à traquer certaines personnes. « Notre produit dans certains cas est utilisé pour tuer des gens lorsqu’il s’agit de réaliser du ciblage de tout type. Si vous recherchez un terroriste dans le monde, vous utilisez probablement notre produit pour le gouvernement  » termine-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !