La publicité de certains opérateurs 5G énerve l’association de consommateurs CLCV

L’association de consommateurs CLCV (Consommation Logement Cadre de vie) annonce qu’elle a pris la décision d’attaquer devant les tribunaux les offres commerciales 5G proposées par certains opérateurs.

Une information des consommateurs insuffisante

L’association estime que l’information précontractuelle délivrée aux consommateurs n’est pas satisfaisante. En cause, le fait que si des réseaux 5G sont ouverts actuellement dans certaines villes, la couverture en 5G de la France ne sera pas bouclée avant 2030. De plus, les abonnements 5G ont tendance à être plus chers que les abonnements 4G et imposent une période d’engagement. « Le retour de l’engagement minimum est une mauvaise nouvelle pour le consommateur qui ne pourra plus faire jouer la concurrence » réagit la CLCV.  S’y ajoute la notion de « débit théorique maximum », qui ne renseigne pas du tout sur le débit effectif, pointe CLCV.

Ce qui irrite également l’association est l’usage du terme 5G dans des publicités au niveau national. « Cela comporte une dimension marketing certaine car les détenteurs de ces forfaits ne pourront bénéficier d’un forfait effectivement 5G que sous réserve d’acheter un smartphone 5G et de se trouver dans une ville où le réseau 5G est disponible » souligne CLCV. Le consommateur doit être informé sur la disponibilité de la 5G pour sa localisation géographique avant de souscrire une offre, sinon il est face à une pratique commerciale contestable, poursuit CLCV.

Ne pas se précipiter sur les offres 5G actuelles

Etant donné que tous les opérateurs n’ont pas encore dévoilé leurs forfaits 5G, « le consommateur a donc tout intérêt à ne pas se précipiter pour souscrire un forfait 5G » conseille l’association. CLCV demande que chaque message publicitaire précise clairement que tout le territoire n’est pas couvert en 5G. De plus, ces messages publicitaires doivent préciser que même en zone 5G, les débits varient du fait des fréquences – 700 Mhz ou 3,5 Ghz – utilisées par les opérateurs et de la densité des utilisateurs.

Enfin, CLCV veut que les opérateurs mobiles renvoient systématiquement vers les cartes de couverture précises et actualisées, comportant l’indication des débits moyens observés. « La communication actuelle des opérateurs en ‘débit théorique maximum’ n’a aucune utilité informative ou comparative pour les souscripteurs, elle doit donc être interdite » conclut CLCV.

Une réaction sur “La publicité de certains opérateurs 5G énerve l’association de consommateurs CLCV” :

  1. Avatarshunjoss

    Ce n’est pas comme si la 2g, 3g, 4g n’avaient pas existé. À chaque génération de réseau, c’est la même chose : augmentation des prix, zone limitée, engagement, changement d’équipement et fausse prochaine génération (4g+, 5ge, 3g+…).
    De toute façon, personne ne dit rien sur la publicité forfait illimité qui est encore plus fausse.
    Le plus simple serait de faire un forfait évolutif qui supporte à la fois la technologie actuelle et la prochaine pas encore existante.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !