La loi sur les mobilités protégerait abusivement les plateformes type Deliveroo selon l’U2P

Alain Griset, président de l'U2P, aux côtés d'Emmanuel Macron [Photo COCKTAIL SANTÉ]

Le président de l’Union des entreprises de proximité (U2P), Alain Griset, dénonce les pratiques en matière de protection sociale des plateformes de livraison à domicile telles que Deliveroo vis à vis de leurs livreurs. Il s’insurge du dévoiement du droit du travail français qu’introduirait le projet de loi d’orientation des mobilités. Il s’exprime dans une tribune publiée par le Parisien.

Décision unilatérale

Le président de l’U2P pointe que le projet de loi d’orientation des mobilités prévoit que les plateformes se dotent d’une charte de responsabilité sociale afin d’offrir une protection minimale à leurs travailleurs. « Les plateformes décideraient unilatéralement des droits des personnes qu’elles emploient sans possibilité de représentation, de négociation ou de recours » attaque l’U2P.

« C’est une privatisation du droit du travail. L’adoption d’une telle charte interdirait toute tentative de requalification du statut de travailleur indépendant en travailleur salarié » souligne la tribune.

Un statut hybride

Conclusion pour l’U2P : « le gouvernement promeut la création d’un statut hybride entre celui de salarié et de travailleur indépendant, taillé sur mesure pour des acteurs qui doivent se gausser des largesses qu’on leur fait par crainte d’un procès en ringardise ! »

L’U2P annonce représenter 2,8 millions de TPE-PME en France dans les secteurs de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !