La Commission européenne veut placer l’IA sous contrôle des autorités

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne

L’heure est à placer l’intelligence artificielle sous contrôle rapproché. La Commission européenne veut placer l’intelligence artificielle sous contrôle des autorités dès lors que cette IA concerne des domaines à haut risque tels que la santé, la police ou les transports dans le cas par exemple de la voiture autonome.

Un livre blanc sur le cadrage de l’IA en Europe

La Commission européenne publie ce jour un livre blanc pour définir un cadre pour une intelligence artificielle (IA) digne de confiance. Le livre blanc est présenté par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission,  Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive pour une Europe adaptée à l’ère du numérique et Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur.

Les systèmes d’IA à haut risque devraient être transparents, traçables et garantir un contrôle humain. De même, les données utilisées par les algorithmes devraîent pouvoir être testées et certifiées par les autorités. Par analogie, la Commission indique qu’il s’agit de procéder à des vérifications comme dans le cas des cosmétiques, des voitures ou des jouets. La Commission demande que des données sans biais soient employées pour entraîner les systèmes à haut risque à fonctionner correctement et pour garantir le respect des droits fondamentaux, en particulier la non-discrimination.

Pas de charge excessive sur l’IA à faible risque

En ce qui concerne les applications d’IA à faible risque, la Commission ne souhaite pas faire peser de charge excessive sur ces systèmes.  Elle envisage un système de label non obligatoire si elles appliquent des normes plus élevées.

Par ailleurs, tout en voulant mieux contrôler l’IA, la Commission européenne souhaite un débat sur la reconnaissance faciale et sur les circonstances susceptibles de justifier des exceptions à son interdiction généralement appliquée en Europe aux fins d’une identification biométrique à distance.

Le livre blanc sur l’intelligence artificielle fait actuellement l’objet d’une consultation publique jusqu’au 19 mai 2020.La Commission recueille également des avis sur sa stratégie pour les données. À la lumière des contributions reçues, la Commission prendra des mesures supplémentaires pour soutenir le développement d’une IA digne de confiance et l’économie des données. Le marché européen sera accessible à l’ensemble des applications d’IA, pour autant que celles-ci soient conformes aux règles de l’Union Européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !