La collaboration entre les équipes data et métiers : la demande des entreprises

Assurer un meilleur lien entre les experts de la Data et le business apparaît en tête des préoccupations des entreprises sur les prochaines années. C’est que montre l’enquête menée par Kantar pour le compte de la Mission Numérique Gouvernementale des Grands Groupes. L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 104 responsables des activités digitales et responsables RH exerçant en France dans de grandes entreprises. Les questionnaires ont été menés sur internet du 25 mars au 21 avril 2021.

Mention spontanée en tête des préoccupations pour l’avenir

La nécessité de cette relation harmonieuse entre les équipes Data et les métiers, est citée spontanément par les sondés (29%) en tête des réponses à la question sur  « quels sont les grands enjeux liés à l’évolution des métiers de la data dans les années à venir ? » Les responsables interrogés souhaitent un lien plus étroit entre les métiers et la data, mieux lier l’expertise data et la compétence métier et le business. Ils veulent un meilleur lien entre les équipes.  Un sondé demande « une bonne diffusion dans les métiers et une bonne capacité de communication entre les profils data et non data ». Un autre déclare qu’il veut une « meilleure capacité des équipes data à faire le lien entre les données et les équipes métier, une meilleure appréhension des opportunités liées à la data pour les équipes métier. »

Les équipes métiers pour leur part doivent monter en compétence sur les données

En deuxième préoccupation pour les années à venir, les responsables interrogés souhaitent que les équipes métiers pour leur part montent en compétence sur les données. Les sondés (20%) parlent d’acculturer et former les équipes à la data. Un répondant parle de « la démocratisation des métiers de la Data. Tous les métiers devraient être formés à l’importance de la Data. » Un autre affirme que « l’enjeu est avant tout la prise de conscience, à tous les niveaux de l’entreprise et que cette prise de conscience s’accompagne également de capacité à faire. »

Ce besoin d’un meilleur lien entre les enjeux data et les défis business est d’ailleurs demandé dans les formations actuelles des spécialistes de la donnée. Les responsables en entreprise interrogés citent spontanément (25%) de « mieux former aux besoins métiers et une meilleure prise des problématiques business » dans les formations d’enseignement supérieur aux différents métiers de la data. Cette demande arrive en tête sur l’évolution des formations. « Les jeunes veulent des postes de Data Scientists mais ils ne s’intéressent pas aux métiers. Il faut avant tout des ingénieurs et des commerciaux capables d’imaginer des produits et des services sur lesquels ils pourront appliquer des modèles prédictifs, prescriptifs » pointe un des responsables.

Des formations à partir de cas pratiques

En seconde position, ils demandent (21%) que ces formations comportent « plus de pratique et de cas pratiques ».
Cette collaboration entre les experts de la Data et les professionnels métiers est stratégique. On observe que les entreprises adoptent des organisations diverses dont seules certaines tendent à essayer de diffuser la compétence Data près du terrain. Si la création d’un service Data spécifique dans l’entreprise arrive en tête pour 44% des réponses, on constate dans 34% des cas que les postes Data existent dans les différentes divisions et  départements de l’entreprise et qu’une solution « hybride », entre les deux, existe le plus souvent dans 21% des cas.

Les entreprises recherchent des Data Engineers largement devant des Business translators

Malgré ce focus dans l’avenir sur le lien entre data et business, actuellement, les entreprises ne recherchent pas énormément à recruter des « traducteurs business » (business translator). Les « business translators » manipulent de la data pour les traduire en décisions opérationnelles, donc liées au métier. Les besoins arrivent bien après les besoins en Data Engineers (76% des répondants recherchent ce profil), les Data Scientists (70%) et les Data Architects (67%).  Les Business translators ne sont cités que par 46% des répondants pour des recrutements.

De plus, les responsables citent (63%) que les compétences les plus importantes liées aux métiers de la data quand ils recrutent sont d’abord « les connaissances informatiques, théoriques et mathématiques sur la data ». Les compétences métiers sectorielles (hors data) ne sont citées que par 36% des répondants et arrivent relativement loin, en 5ème position.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L'actualité du digital

    Le meilleur de la transformation des entreprises


    Restez connecté !