Fintech française : le moteur de la croissance tourne à plein régime

Ledger commercialise des clés de protection de cryptomonnaie

Le développement du secteur des jeunes sociétés françaises de la finance, la fintech a nettement accéléré en 2021. On constate l’accroissement des levées de fonds et des recrutements. Le cumul des fonds récoltés en France atteint 2,3 milliards d’euros en 2021. C’est presque 3 fois (174%) le montant de 2020. Cela concerne 93 opérations de financement.

Sept levées de fonds ont dépassé 150 millions d’euros en 2021

C’est ce que montre le baromètre annuel de France FinTech, l’association professionnelle des fintech, assurtech et regtech françaises, en partenariat avec Bpifrance, la banque publique d’investissement. Les opérations de financement atteignent des montants significatifs. Il y a eu 7 levées de fonds de plus de 150 millions d’euros en 2021. Ledger se distingue avec sa levée de 312 millions d’euros en juin 2021. Ledger a été créé en 2015 et paradoxalement rencontre le succès en commercialisant des clés USB physiques alors que le monde se dématérialise. Ledger vend ces équipements matériels comme des produits de grande consommation pour protéger des crypto-monnaies ou des clés de chiffrement.

L’étude montre des intentions d’embauche de 10 000 collaborateurs dans la fintech en France en 2022

L’objectif de ces levées de fonds est surtout les recrutements pointe France FinTech. L’étude montre des intentions d’embauche de 10 000 collaborateurs, hors étranger, soit un effectif prévu à fin 2022 de près de 40 000 emplois dans la fintech française, à comparer aux 30 000 emplois actuels. Quant aux autres objectifs des levées de fonds, ils concernent le développement des jeunes sociétés à l’international et la technologie telle que l’intelligence artificielle et la blockchain.

Les chiffres d’affaires de la Fintech ont connu une croissance très soutenue en 2021 selon France FinTech, avec des secteurs particulièrement en pointe tels que les paiements, l’assurance, la crypto, le financement et les services aux TPE et PME. Par ailleurs, la création de fintechs s’est poursuivie en France avec 150 nouvelles startups en 2021, dans les secteurs de l’assurance, du financement, de la micro-épargne et de la finance à impact.

La Grande Bretagne fait la course en tête avec 8,3 milliards d’euros de financements

Malgré ce dynamisme, la France n’arrive qu’à la 3ème place en Europe derrière la Grande Bretagne et l’Allemagne en termes de levées de fonds. Les financements du secteur fintech en Grande Bretagne atteignent 8,3 milliards d’euros et en Allemagne, les financements sont de 3,6 milliards d’euros. En Grande Bretagne, les levées de fonds les plus marquantes sont celles de la banque Revolut avec 679 millions d’euros et de la solution de paiement Checkout avec 450 millions d’euros.

L’allemand N26 a levé 786 millions d’euros et le suédois Klarna, 524 millions d’euros

En Allemagne, on remarque les levées de fonds de la trop rapide banque N26 avec 786 millions d’euros et le courtier en ligne Trade Republic avec 740 millions d’euros. En 4ème position, derrière la France, on trouve la Suède où les levées de fonds ont atteint 1,7 milliards d’euros, un montant surtout dopé par le succès de la société Klarna spécialisée dans le paiement fractionné en e-commerce qui a récolté 524 millions d’euros de financement.

A noter qu’en France, les trois quarts des financements des sociétés de la Fintech, en valeur et en nombre, ont concerné des Séries B, C et D. C’est-à-dire que ces acteurs sont arrivés à la taille critique, considère France FinTech. L’association relève qu’il y a un niveau toujours soutenu des opérations d’amorçage. Elles représentent 7% du total des financements pour un montant moyen de 3,7 millions d’euros. L’assurance représente 29% des financements en valeur et les services opérationnels, 27% en valeur. Ils s’inscrivent en tête des levées de fonds.

Un des secteurs les plus actifs de la technologie française

On constate également, la montée en puissance des investisseurs étrangers et notamment extra-européens, majoritaires dans les grandes transactions. Dans ce contexte, les fonds américains et, dans une moindre mesure, britanniques, ont été particulièrement actifs. Enfin, la fintech est un des secteurs les plus dynamiques de la tech française. C’est le premier secteur d’activité de l’indice Next40 (22,5% du total), le deuxième du classement FrenchTech 120 (16%).

Cinq des 13 licornes apparues en France en 2021 sont des fintech. C’est le premier secteur de licornes avec 8 licornes sur 24 en France, conclut France FinTech. Une licorne est une société valorisée au dessus de 1 milliard de dollars. L’association France FinTech a été créée en 2015 à l’initiative d’entrepreneurs. Elle s’est donnée pour mission de promouvoir le secteur de la fintech en France et à l’étranger et de représenter les fintech françaises auprès des pouvoirs publics, du régulateur et de l’écosystème.

France FinTech est présidé par Alain Clot. Kristen Charvin est la déléguée générale. Son comité directeur rassemble les fondateurs et dirigeants d’Anaxago, Epsor, Jenji, Ledger, Lydia, +Simple, October et Younited Credit.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *