Facebook, Google et Twitter sommés de réagir dans l’instant face à des contenus terroristes

Conférence de presse Emmanuel Macron Theresa May, 13 juin

Le Président de la République veut que les opérateurs du Web, Facebook, Twitter, Google, en particulier, réagissent nettement plus vite face à des contenus de propagande terroriste publiés sur leurs plateformes.

Réagir avant que deux heures ne s’écoulent

Ces opérateurs devront réagir en moins de deux heures, on peut même aller jusqu’au quasi temps réel même si ce n’est pas l’expression que le Président utilise, et non plus en 48 heures. En effet, il indique qu’il suffit de deux heures pour que la propagande atteigne 50% des esprits les plus susceptibles d’être manipulés. C’est ce qu’il a annoncé mardi 13 juin en fin de journée en compagnie de Theresa May, Premier Ministre britannique.

« C’est dans les deux premières heures que près de 50% des potentiels terroristes, en tout cas des esprits qui peuvent être manipulés sont touchés par cette propagande quand aujourd’hui les engagements pris sont à prendre dans les 48 heures, » rappelle Emmanuel Macron, citant Theresa May, présente à ses côtés. Celle-ci se sera montrée encore plus ferme vis à vis des médias sociaux.

« Les entreprises de médias sociaux doivent faire face à leurs responsabilités et supprimer tout contenu terroriste qui figure sur leurs réseaux, » a-t-elle insisté. « Nous lançons une initiative pour que ne soit plus diffusé ce contenu favorable à la radicalisation. Nous mettrons au point des outils avec les sociétés technologiques pour identifier et supprimer automatiquement ces contenus, » annonce-t-elle. Elle termine : « nous allons explorer les possibilités juridiques pour contraindre ces sociétés à retirer les contenus si ce n’est pas fait. »

Accès aux contenus cryptés

Emmanuel Macron présente ce plan d’action comme très concret en visant à renforcer les obligations des opérateurs en ligne, de supprimer les contenus qui promeuvent dans tout type de médias, la haine et le terrorisme. Il juge les engagements actuels insuffisants.

Le Président de la République demande également l’accès aux contenus cryptés et aux éléments de preuve numérique où qu’ils se situent dans le monde. Le Président veut « améliorer les moyens d’accès aux contenus cryptés, dans des conditions qui préservent la confidentialité des correspondances afin que ces messageries ne puissent pas être l’outil des terroristes ou des criminels. »

Il souhaite, enfin, accentuer la coopération internationale avec les Etats Unis notamment pour accélérer l’accès aux preuves numériques dans les enquêtes qui sont menées par les services de police et de justice, où que soient localisées ces données.

Prévenir la propagande terroriste

Emmanuel Macron considère ces éléments comme essentiels dit-il, « pour prévenir au maximum certains actes terroristes, en tout cas la propagande terroriste et pour poursuivre celles et ceux qui sont impliqués dans ces attentats ou ces tentatives d’attentats. »

« Notre souhait est d’atteindre l’ensemble des membres du G7, de pouvoir aller plus loin avec les Etats Unis d’Amérique, et de pouvoir agir ensemble, » conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L'actualité du digital

    Le meilleur de la transformation des entreprises


    Restez connecté !