Facebook Dating manque sa Saint-Valentin à cause du RGPD

Facebook a négligé la Cnil irlandaise pour préparer le lancement en Europe de son nouveau service de rencontre Facebook Dating. Le réseau social n’a pas communiqué d’informations préalables au régulateur et démontré sa conformité RGPD.

Entre Facebook et la législation sur les données personnelles, ce n’est décidément pas le grand amour. Le réseau social prévoyait de lancer son nouveau service de rencontre Facebook Dating le 13 février, la veille de la Saint-Valentin.

Il a finalement dû repousser la sortie à une date ultérieure, non-communiquée encore. En cause des négligences à l’égard de ses obligations envers son autorité européenne de tutelle sur la protection des données personnelles.

Un lancement précipité pour le régulateur

La Data Protection Commission (DPC), l’homologue irlandais de la Cnil, explique avoir été informée par la firme le 3 février seulement du lancement de Facebook Dating en Europe. Un mauvais point alors que la sortie était programmée 10 jours plus tard.

« Nos préoccupations ont été encore aggravées par le fait qu’aucune information/documentation ne nous a été fournie le 3 février concernant l’évaluation d’impact sur la protection des données ou les processus décisionnels entrepris par Facebook Ireland » explique le régulateur.

Le 10 février, la commission de protection a procédé à un contrôle au siège européen de Facebook à Dublin. Elle a, à cette occasion, réuni de la documentation, en cours d’examen. C’est suite à ce contrôle que le géant des réseaux sociaux a pris la décision de différer son lancement.

Facebook assure néanmoins avoir adopté des mesures robustes de protection de la vie privée et réalisé une analyse d’impact comme l’exige le RGPD. Cette analyse a été transmise à la DPC, précise l’entreprise, vraisemblablement trop tardivement.

Exclusif stratégie digitale

« L’envol des tarifs publicitaires de Facebook menace des e-commerçants »

S’appuyer uniquement sur Facebook et Google pour sa publicité digitale est dangereux pour la compétitivité d’une entreprise. C’est ce qu’affirme Romain Liot, co-fondateur et directeur des opérations (Chief Operating Officer) de Adore Me, une marque de lingerie commercialisée uniquement aux Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'actualité du digital

Le meilleur de la transformation des entreprises


Restez connecté !