Crédit Agricole lance un projet d’informatique quantique pour améliorer ses algorithmes financiers

Ali El Hamidi, Crédit Agricole CIB

La banque d’investissement du Crédit Agricole, Crédit Agricole CIB (Corporate and Investment Bank) veut passer à la vitesse supérieure pour ses algorithmes financiers et préparer l’avenir. La banque va concevoir et développer de nouvelles approches pour améliorer ses algorithmes employés sur les marchés de capitaux et pour la gestion des risques. Elle associera l’informatique traditionnelle et l’informatique quantique. Pour cela, Crédit Agricole noue un partenariat avec les entreprises technologiques Pasqal et Multiverse Computing.

Le projet va durer 15 mois après un travail préparatoire de près de 2 ans, réalisé par un groupe d’employés de CA CIB passionnés par la technologie quantique. Dans le même temps, l’informatique quantique a suscité un grand intérêt chez les dirigeants de la banque d’investissement et du groupe Crédit Agricole au niveau de leurs Comex respectifs. Le projet est particulièrement médiatisé par Crédit Agricole.

Une solution informatique radicalement différente

« L’informatique quantique est radicalement différente de tout ce que nous connaissons et utilisons aujourd’hui, que ce soit en termes de théorie, de matériel et d’algorithmes » prévient Ali El Hamidi, ingénieur Supélec, diplômé de la London Business School et de l’université de Columbia, adjoint au responsable des solutions de financement à la division marchés globaux chez Crédit Agricole CIB. Il est le sponsor du projet au sein de Crédit Agricole CIB.


Sur ce projet, le responsable souligne que de nombreuses compétences différentes seront réunies. Il y aura des banquiers, des physiciens, des mathématiciens , des informaticiens et des architectes informatiques. « Tous coopérent à ce projet ambitieux. Il s’agit d’un défi de taille, et nous sommes confiants dans sa réussite, aux côtés des sociétés Pasqal et Multiverse Computing » dit-il. Une quinzaine de collaborateurs de la banque participeront au projet.


Une technologie envisagée pour fabriquer des ordinateurs quantiques

La finance utilise aujourd’hui massivement les algorithmes, les mathématiques et les statistiques avancées. La physique quantique apporterait de nouvelles améliorations dans la résolution numérique de problèmes quantitatifs en finance. Pasqal est une société française qui développe un ordinateur quantique basé sur des réseaux d’atomes neutres. Cette technologie est envisagée pour la fabrication d’ordinateurs quantiques industriels. Pasqal vient d’être financé à hauteur de 25 millions d’euros. au début de juin 2021.

L’ordinateur quantique de Pasqal


Multiverse Computing est une société espagnole spécialisée dans les algorithmes quantiques qui peuvent être exécutés à la fois sur des ordinateurs quantiques et sur des ordinateurs classiques. « À notre connaissance, c’est la première fois que tous les intervenants, développeurs de logiciels, fournisseurs de matériel et utilisateurs finaux travaillent ensemble sur ce type de problématique » commente Georges-Olivier Reymond, DG de Pasqal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L'actualité du digital

    Le meilleur de la transformation des entreprises


    Restez connecté !