Le géant de l’informatique Atos se coupe en deux et se sépare de son éphémère DG Rodolphe Belmer


Le poids lourd des services et des matériels informatiques Atos annonce aujourd’hui la nomination de deux Directeurs Généraux Délégués afin que le groupe prépare sa scission en deux sociétés cotées en bourse. Le départ de Rodolphe Belmer, actuel DG d’Atos aura lieu au plus tard le 30 septembre 2022. Il assurera la transition avec les deux nouveaux Directeurs Généraux Délégués. La décision a été prise par  le Conseil d’Administration d’Atos et officialisée le 14 juin.



Rodolhe Balmer avait été débauché d’Eutelsat et était arrivé chez Atos en janvier 2022. On se demande pourquoi il avait été pressenti comme ayant les compétences adaptées pour diriger un géant de l’informatique d’entreprise employant 106 000 personnes aux métiers complexes alors que ce DG a réussi son parcours dans la vente d’abonnements, chez Canal+ et Eutelsat, et dans la direction d’entreprises de taille réduite. Pour rappel, Eutelsat sa dernière entreprise emploie 100 fois moins de personnes qu’Atos.

Deux sociétés, chacune cotée en bourse

Quoiqu’il en soit;, dans le futur, Atos se couperait en deux entités, chacune avec une stratégie propre, son équipe de management, un Conseil d’administration indépendant et une structure financière adaptée. Il s’agit de SpinCo (Evidian) et TFCo (Atos).

L’entité SpinCo est positionnée sur les marchés de la transformation numérique, du Big Data, de la cybersécurité et du calcul intensif (HPC). C’est la partie qui va bien d’Atos. « Ce marché génère une forte croissance et des marges élevées » souligne le conseil d’administration. Cette entité est dotée d’un plan de 400 millions d’euros pour accélérer sa croissance. Ces activités, BDS (Big Data Sécurité) ensemble, ont généré en 2021 un chiffre d’affaires de 4,9 milliards d’euros, en croissance organique de +5%, avec une marge opérationnelle de 7,8%. Cette entité génère un flux de trésorerie disponible d’environ 150 millions d’euros avant intérêts et impôts.

L’infogérance en baisse de -12%

TFCo pour sa part intervient dans les services d’infogérance, les espaces de travail numériques (Digital Workplace) et les services professionnels. C’est la partie qui va mal. Elle sera dotée d’un plan de 1,1 milliard d’euros afin de réussir à se redresser complètement d’ici 2026. Elle a généré en 2021 un chiffre d’affaires de 5,4 milliards d’euros (hors activité Unified Communications & Collaboration, UCC), en baisse organique de -12%, avec une marge opérationnelle de -1,1%.

Le projet envisagé implique une réorganisation préalable qui serait achevée au cours du second semestre 2023, avant la cotation et la distribution des actions de SpinCo d’ici la fin de l’année 2023. L’équipe dirigeante d’Atos présente aujourd’hui son plan de transformation à l’étude, à l’occasion d’un événement dédié aux investisseurs et analystes financiers.

Deux directeurs généraux délégués clés de l’opération

Philippe Oliva est nommé Directeur Général Délégué en charge du périmètre Digital/BDS appelé à former la nouvelle SpinCo (Evidian)), une entreprise intervenant sur les marchés de la transformation numérique, du Big Data et de la cybersécurité, Philippe Oliva a rejoint Atos en avril 2022 en tant que Directeur Commercial du groupe, disposant d’une expérience internationale dans le secteur du numérique, après 20 ans chez IBM où il a géré les technologies intégrées, les services Cloud et les services hybrides. Anil Agrawal sera directeur financier de SpinCo.

Nourdine Bihmane est nommé Directeur Général Délégué en charge de Tech Foundations, centré sur les services de gestion d’infrastructure, des espaces de travail numériques (Digital Workplace) et des services professionnels. Avec 20 ans d’expérience dans le secteur de la technologie, pilotant des programmes de transformation d’envergure, la croissance et la performance de P&L, Nourdine Bihmane  aura la responsabilité de la qualité, de l’innovation et du niveau de compétitivité de TFCo (Atos).

Des activités aux croissances et aux modes de fonctionnement très différents

Dans le détail, au sein de SpinCo, la partie Digital représente 50 000 personnes, gère des partenariats avec les grandes plateformes et les éditeurs de logiciels leaders sur le marché.  Digital accompagne ses clients dans leur processus de digitalisation pour transformer leurs activités. Ce marché est en forte croissance soutenu par la migration vers le Cloud et par une demande croissante de transformation numérique,

Digital a généré un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros en 2021

Quant à Digital, cette activité est dirigée par Rakesh Khanna, et elle a généré, en 2021, un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros avec une marge d’exploitation à 1 chiffre, en haut de la fourchette. Le plan d’accélération 2022-2026 de Digital, représente un coût total de 370 millions d’euros sur la période. Cela permettrait à Digital d’améliorer ses performances commerciales et de transformer son modèle de prestations afin d’accroître sa rentabilité.

Toujours chez SpinCo, la partie Big Data et Sécurité (BDS) représente 9000 personnes. BDS intervient dans la sécurisation des données à travers deux activités : Digital Security et Advanced Computing. BDS est présenté par le cabinet Gartner comme le n°1 mondial des services de sécurité gérés et par Hyperion comme le n°3 mondial du calcul intensif. BDS est positionné sur les produits et services de cybersécurité et de calcul avancé. Dirigé par Jean-Philippe Poirault, BDS a généré, en 2021, un chiffre d’affaires de 1,4 milliard d’euros et une marge opérationnelle à 1  chiffre, en milieu de fourchette.

Repositionnement des contrats dans le calcul avancé

BDS a été pénalisé par la division Advanced Computing tandis que la division Digital Security a généré une marge 1 un chiffre en haut de fourchette. Les investissements dans l’activité BDS sur la période 2022-2026, pour environ 40 millions d’euros, auraient pour objectif d’accélérer sa croissance, notamment en repositionnant son portefeuille d’activité dans le calcul avancé, et de faire progresser sa marge opérationnelle, sous l’effet d’une accélération de la croissance et d’une amélioration de sa base de coûts.

Il pourrait y avoir des synergies commerciales afin de vendre les offres de Digital et de BDS

SpinCo pourrait bénéficier de synergies commerciales et managériales entre ses deux lignes de métier, Digital et BDS, en particulier par la fertilisation des clients de Digital par BDS et par une stratégie de commercialisation conjointe. Au total, le plan d’accélération de SpinCo représenterait un investissement de 400 millions d’euros au cours des cinq prochaines années.

Cela devrait permettre à SpinCo de réaliser une croissance organique d’environ 7 % en moyenne sur la période 2022-2026 sur la base d’un chiffre d’affaires attendu à 5,3 milliards d’euros en 2022, d’améliorer progressivement sa marge opérationnelle pour atteindre 12 % en 2026 et générer 700 millions d’euros de flux de trésorerie disponible avant intérêts et impôts, soit un ratio de conversion de son EBO (Excédent Brut Opérationnel) de 75 % à 80 %. Le levier financier cible de SpinCo fin 2024 serait inférieur à 3.0x l’EBO.

L’activité d’infogérance emploie 48 000 personnes

De son côté TFCo (Atos) sera composé de la ligne d’activité Tech Foundations d’Atos, spécialisée dans la conception, la réalisation et la gestion de systèmes d’information dans le monde. Tech Foundations est positionné sur les infrastructures et le Cloud privé, qui connaît actuellement une transition vers les infrastructures de nouvelle génération.

Cette ligne d’activité emploie 48 000 personne dans le monde, au service de 1 200 clients répartis dans différentes zones géographiques et secteurs d’activité. Tech Foundations a généré, en 2021 (hors UCC), un chiffre d’affaires de 5,4 milliards d’euros, une marge opérationnelle de -1,1 % et un flux de trésorerie disponible avant intérêts et impôts négatif de -507 millions d’euros. Cela inclut un coût exceptionnel de 180 millions d’euros lié au financement d’un plan de restructuration en Allemagne, et la normalisation du besoin en fonds de roulement pour environ 200 millions d’euros.

Redresser l’activité d’infogérance et se séparer des clients non rentables

L’objectif est de recentrer l’activité d’infogérance en rationalisant le portefeuille d’activités. Cela passe par sortir des activités non stratégiques et de redresser ou de sortir des comptes clients déficitaires. De même, il faut redresser cette activité. La gestion des effectifs va se poser. Cela impose un ajustement de la structure de coûts en traitant les problèmes structurels liés à la localisation des ressources et à leur pyramide des âges, en réduisant les dépenses de sous-traitance et en consolidant les Data Centers et les bureaux pour générer des économies de coûts.

Enfin, le conseil d’administration vise le rebond en stabilisant le chiffre d’affaires puis développer des offres de nouvelle génération et à investir dans les forces commerciales. Le chiffre d’affaires de TFCo devrait atteindre environ 5,0 milliards d’euros en 2022 (hors UCC). Selon le plan prévu, le chiffre d’affaires devrait toucher un point bas à 4,1 milliards d’euros en 2024, avant de se stabiliser en 2025 et de croître à partir de 2026. La marge opérationnelle devrait redevenir positive en 2025 et dépasser 5% en 2026. Le flux de trésorerie disponible avant intérêts et impôts devrait s’établir à 150 millions d’euros en 2026 et croître d’environ 50 millions d’euros chaque année par la suite.

Une évolution du chiffre d’affaires estimée entre -0,5% à +1,5% en 2022

Les équipes de direction de SpinCo et de TFCo se concentreront sur la gestion courante de l’activité et l’exécution de leurs plans de transformation respectifs. Le processus de séparation envisagé sera géré par une équipe dédiée, dirigée par Rodolphe Belmer, Directeur Général d’Atos et Diane Galbe, Directrice de la Stratégie d’Atos.

Pour l’année 2022, Atos prévoit une évolution du chiffre d’affaires à taux de change constant de -0,5% à +1,5% ; une marge opérationnelle de 3 % à 5 % ; un flux de trésorerie disponible entre -150 et 200 millions d’euros. Les tendances actuelles de l’activité confirment les fourchettes de croissance du chiffre d’affaires et de flux de trésorerie disponibles et pointent vers la moitié inférieure de la fourchette de marge opérationnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *