Alexandre Zapolsky, 43 ans, rescapé de la Covid-19, et pionnier de l’Open Source français

Alexandre Zapolski

Le souffle court, Alexandre Zapolsky, PDG de Linagora, société de services bien connue dans les services Open Source, est un rescapé du Coronavirus.  Il lance un appel pour que chacun fasse les gestes barrières afin de se protéger et de protéger les autres. Pour lui, il faut toujours avoir à l’esprit que la vie est plus importante que l’économie.

Le dirigeant croyait que cela allait vite se passer

Il a commencé à aller mal dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 octobre. Il n’a pas dormi. Il est allé faire les tests le lendemain à l’hôpital américain. « Le mercredi 21 j’avais les résultats, j’avais le Covid » se souvient-il. Là, il a reçu un appel de la Cnam qui lui a dit de rester chez lui à l’isolement. « J’avais un peu la fièvre, des courbatures. Je n’étais pas bien. Je pensais que j’aurais comme on dit une gripette. Au début, cela ressemblait à cela » décrit-il, interviewé sur RMC.

« J’arrivais de moins en moins à respirer. J’avais l’impression d’étouffer« 

Mais la situation s’est durcie. « Le vendredi suivant cela a commencé à ne pas être bien. Cela a empiré pendant le week-end. J’arrivais de moins en moins à respirer. J’avais l’impression d’étouffer. Je n’étais vraiment pas bien. J’ai appelé le Samu dans la nuit du dimanche au lundi » poursuit-il. Il se rendra finalement à l’hôpital américain le lundi à 10 heures.

Le diagnostic du médecin était plutôt inquiétant. « Le médecin m’a dit que 25% de mes poumons étaient abimés. Il m’a dit que mon Covid était sévère sans être grave mais qu’il était  suffisamment sévère pour que je sois hospitalisé de suite » présente Alexandre Zapolsky. Les tests sanguins étaient très mauvais et le dirigeant souffrait d’une grosse inflammation au niveau des poumons.

Il a fallu se battre durant 1 semaine à l’hôpital

Le médecin l’avertit alors qu’il va passer une très mauvaise semaine mais que l’on va prendre soin de lui. Il va recevoir des antibiotiques et des corticoïdes, un traitement de choc. « Vous avez 60% de chances que tout se passe bien et que vous ressortiez dans une semaine. Il faut s’accrocher » lui a déclaré le médecin. « Je me suis dit il faut absolument que tu te battes » se remémore Alexandre Zapolski. Toutes les 4 heures, il a subi une séance d’inhalation d’oxygène. « C’est très dur parce que vous n’avez pas envie du tout de respirer parce que cela vous fait très mal mais il faut se forcer » dit-il. Il est resté à l’hôpital jusqu’au lundi suivant, 1 semaine en tout.

« J’ai toujours un problème avec les poumons. Je perds mon souffle« 

Comment va-t-il aujourd’hui ? « Je suis devenu un moulin à paroles. Je n’étais pas comme cela avant, j’étais calme. J’ai toujours un problème avec les poumons. Je perds mon souffle » décrit-il. Il cite d’autres effets. Son avant bras est ankylosé, il a tendance à aller vers la droite quand il marche et il fait des crises d’attaque de panique durant lesquelles il n’arrive plus à respirer. Le médecin lui conseille le sport et le yoga.

« Le médecin me dit de faire du sport, les conséquences vont disparaître dans quelques semaines ou quelques mois. Je crois que je peux récupérer toutes mes capacités pulmonaires, notamment si je fais du yoga et si je réapprends à bien respirer. Je n’ai pas d’autre traitement » annonce-t-il. Il a le sentiment de ne plus avoir de temps à perdre. « Je n’ai plus une minute à perdre, j’ai vraiment cru que j’allais mourir » résume-t-il.

Les gens doivent se protéger à 100%

Il fait partie des personnes que l’on n’imagine pas être touchées par la Covid. Jeune, sportif et costaud, un peu en surpoids, « je disais que la Covid ne me toucherait pas » se souvient-il. C’est pour cela qu’il veut témoigner. « Il faut que les gens se protègent à 100%. C’est-à-dire que chacun porte un masque tout le temps, se tienne à plus de 1 mètre 50. Il faut aérer son domicile parce qu’il y a des gouttelettes qui restent en suspension et il faut se laver les mains régulièrement » reprend-il.

Pour sa part, il pense avoir attrapé la Covid soit lors d’une photo avec une personne qui avait la Covid et qu’il avait retiré son masque, ou par la climatisation de ses bureaux. « J’ai fait une impasse quand j’ai retiré le masque pour la photo. Et dans ma société j’aurais du mettre tout le monde en télétravail. L’économie c’est moins important que la vie. Il faut être responsable, discipliné et solidaire durant ce moment de crise » conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L'actualité du digital

    Le meilleur de la transformation des entreprises


    Restez connecté !