Vente-privée.com accusé de tromperie sur ses réductions de prix par la répression des fraudes (Màj)

Jacques-Antoine Granjon, PDG emblématique de Vente-privée.com

11 janvier, 14 heures 22 Vente-privée nous a fait parvenir sa réponse :

Vente-privée.com apprend par voie de presse que la DGCCRF aurait transmis ce jour au parquet de Bobigny les conclusions d’une enquête qu’elle diligente depuis 2016 et sur laquelle la DGCCRF avait déjà communiqué début 2017.

Vente-privée.com conteste fermement toute mise en place de « stratégies frauduleuses visant à construire un prix de référence fictif ». La société a, à l’inverse, déployé ces dernières années d’importants moyens humains et financiers pour vérifier les prix conseillés de ses très nombreuses marques partenaires.

Vente-privée.com rappelle enfin qu’elle ne fait l’objet d’aucune poursuite à ce jour et qu’elle n’est pas en mesure de faire plus de commentaire sur une procédure couverte par le secret et à laquelle elle n’a pas encore eu accès.

Article publié le10 janvier 20 heures par La Revue du Digital :

Le site Vente-privée.com est mis en accusation par la DGCCRF en ce qui concerne la loyauté de ses pratiques commerciales. Plus précisément, il est reproché au site de e-commerce d’avoir cherché à donner à ses clients l’illusion de faire une bonne affaire en employant différentes stratégies frauduleuses. Cela passe par construire des « prix de référence » fictifs  qui ne correspondaient dans les faits à aucune réalité économique et qui servaient à afficher des taux de promotion particulièrement attractifs.

La DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a transmis à l’autorité judiciaire les conclusions de ses investigations concernant vente-privee.com. Le dossier a été déposé auprès de la Procureure de la République près le tribunal de grande instance de Bobigny. Il revient maintenant à l’autorité judiciaire de donner les suites qu’elle jugera nécessaires aux manquements présumés relevés par la DGCCRF.

Les investigations ont été réalisées par les agents CCRF de la direction départementale de protection des populations (DDPP) de Seine-Saint-Denis, appuyés par ceux de la DIRECCTE Île-de-France et du service national des enquêtes. L’enquête s’est appuyée sur des constatations sur le site internet de l’entreprise et sur l’analyse de documents saisis au cours de perquisitions menées en juin 2016 dans ses locaux après autorisation du juge des libertés et de la détention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *