Sous pression, le géant de la publicité Publicis mise sur l’acquisition ciblée d’informaticiens dans l’hexagone

Arthur Sadoun, Président du directoire de Publicis

Publicis, le groupe français leader de la publicité s’emploie à se transformer en recrutant de manière ciblée des entreprises d’informatique en France.

Disposer des bonnes compétences technologiques

Disposer des informaticiens capables de réaliser la transformation numérique est un passage obligé pour Publicis, bousculé par la transformation en cours du marketing par la technologie et la data. En France, Publicis fait son marché chez les sociétés de services informatiques pour se muer en leader des technologies, tant en conseil qu’en développement de logiciel.

D’autres acquisitions de sociétés sont prévues dans le monde en 2019

Publicis renforce ainsi les équipes d’informaticiens de sa filiale Sapient avec les rachats de Xebia France et de Soft Computing. Dans le monde, le montant de l’ensemble des acquisitions réalisées en 2018 a atteint 200 millions d’euros. D’autres acquisitions sont prévues au cours des prochains trimestres, annonce Publicis.

L’acquisition de Soft Computing amène 400 informaticiens spécialisés. Xebia France apporte 170 informaticiens. Ils rejoignent les 650 informaticiens de Sapient en France. L’acquisition de Soft Computing a été bouclée le 7 février pour 43,4 millions d’euros. On est loin des 3 milliards d’euros payés cash pour la société de technologies Sapient et ses 13 000 employés dans le monde en 2014. Soft Computing est particulièrement implanté chez les grandes entreprises de la distribution, des services et de la finance.

Des clients prestigieux pour Xebia France

Le 15 novembre 2018, Publicis avait acquis Xebia France, spécialisé dans les technologies IT agiles, Data, Cloud et Web. Xebia a comme clients Axa, Air France, BNP Paribas, la Française des Jeux, Meetic, Natixis, Sanofi, et des startups comme BlaBlaCar, Early Birds ou ManoMano.

Proposer une offre de transformation digitale par secteurs verticaux

Nigel Vaz est désormais à la tête Sapient. Il doit mettre en place la transformation digitale par secteurs verticaux pour l’automobile, les produits de consommation, l’énergie et les matières premières, la grande distribution, les services financiers, la santé, les médias et les télécoms, et le tourisme et l’hôtellerie. Un premier client issu de cette stratégie a marqué les esprits, il s’agit de la refonte des sites e-commerce de Carrefour par Sapient lancée en janvier 2018.

A l’occasion de la publication de ses comptes, le 6 février, Publicis veut croire que sa nouvelle approche du marché est en train de faire ses preuves. « Notre modèle connecte la data, la créativité dynamique et la technologie » présente Arthur Sadoun, Président du directoire de Publicis. Publicis annonce 8,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires et un bénéfice de 919 millions d’euros.

Gains de clients grâce au mariage de la data et de la créativité

« C’est grâce à ce modèle que nous avons remporté la plupart des grandes compétitions de 2018 telles que Daimler, Campbell’s, Mariott, Carrefour, Cathay Pacific, Smucker’s, GSK [NDLR : géant pharmaceutique britannique] et Fiat Chrysler » illustre le dirigeant. Ces deux derniers gains représentent chacun plus de 1 milliard de dollars de facturation.

Publicis veut être partenaire de la transformation de ses clients

« Nous passons de partenaire de communication à partenaire dans la transformation de nos clients » ajoute-t-il. « La data, la créativité dynamique et la transformation digitale des entreprises ont progressé de 28% et représentent désormais 12% du revenu net [Chiffre d’affaires hors coûts refacturables] du groupe » pointe-t-il. Cela représente 250 millions d’euros de nouveaux business.

Le groupe de publicité estime être en capacité de dialoguer à la fois avec les directeurs du marketing (CMO) et les directeurs de l’information (CIO) grâce à Publicis Sapient. « Sa technologie apporte l’expertise pour réunir la transformation marketing et la transformation digitale, connectées par la data » déclare le dirigeant. La vision de Publicis : apporter aux entreprises « une relation client personnalisée à grande échelle ». C’est ce qui les fera gagner à l’avenir, conclut Publicis.

Suite à la publication de ses résultats 2018, le cours de bourse de Publicis a chuté de 14% le 7 février.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletters de La Revue

Retrouvez le meilleur de l'actualité du digital


Restez connecté !