Grand magasin Printemps Haussmann : « nous proposons une expérience globale face au e-commerce »

Pierre Pellarey, directeur général du grand magasin le Printemps Haussmann [Photo FranceInfo]

Pierre Pellarey, directeur général du grand magasin le Printemps Haussmann, est un homme zen et résolument optimiste. C’est avec une grande maîtrise qu’il a commenté l’actualité du commerce le 21 décembre sur les ondes de France Info. Il analyse la concurrence entre le commerce physique et l’e-commerce avec beaucoup de flegme même s’il estime que du point de vue des taxes la partie ne se joue pas de manière équitable.

Des indicateurs positifs pour 2018 

Son calme peut s’expliquer en partie par les indicateurs positifs pour Le Printemps Haussmann malgré la crise des Gilets jaunes et la fermeture de son magasin un samedi en pleine période d’achats de Noël. Pierre Pellarey estime que le chiffre d’affaires du magasin devrait augmenter de 6% à la fin de cet exercice fiscal, qui aura lieu en mars 2019, et dépasser un peu 1 milliard d’euros. Les événements liés aux Gilets jaunes auraient eu ainsi finalement un impact limité. Le DG considère un recul de 10% sur décembre et il ratera l’augmentation de 8% prévue sur l’année.

Le vrai défi c’est le e-commerce. « Le grand concurrent du commerce physique, c’est le commerce online. Ça c’est clair » dit-il. Il illustre la situation avec l’exemple des produits textiles. « Le commerce online se développe de l’ordre de 15% sur les produits textiles. Et c’est à peu près la baisse à laquelle on assiste sur le commerce physique. Donc, le grand enjeu pour le commerce physique c’est le commerce online » affirme-t-il.

Mais face au e-commerce, il n’a pas de crainte particulière. « On joue sur un autre registre. On ne joue pas uniquement sur la vente de produits. On joue sur ce que l’on appelle l’expérience globale. Nous avons aujourd’hui des monuments [NDLR : les magasins du boulevard Haussmann] qui sont très beaux, qui se visitent. Ce n’est pas uniquement une expérience transactionnelle. C’est une expérience un peu émotionnelle. C’est un peu comme visiter le château de Versailles ou aller au Louvre. Quand les enfants sont devant les vitrines de Noël avec leurs parents, il y a une expérience que l’on n’aura jamais en ligne » tranche-t-il.

Sur le boulevard Haussmann, au moment des vitrines de Noël, il va passer 10 millions de visiteurs. « Nous avons une expérience qui est totalement différente du e-commerce. A nous d’amplifier ce phénomène. On ne vendra pas une transaction mais une expérience globale, liée au patrimoine, aux vitrines, aux animations à l’intérieur du magasin, à la relation personnalisée que l’on entretiendra avec nos clients au travers d’un CRM spécifique, et notre carte de fidélité » présente le dirigeant.

Se réjouit-il de la taxation des Gafa et d’Amazon en particulier annoncée par le gouvernement pour 2019 ? « Le commerce physique devrait être soumis au même niveau de fiscalité que le e-commerce. Aujourd’hui on sait que pour opérer en e-commerce, cela coûte 3 fois moins cher que le commerce physique » pionte-t-il. S’il souhaite l’alignement des taxations entre le commerce physique et le commerce online, il préférerait que l’on baisse les taxes sur le commerce physique plutôt que d’augmenter les taxes sur le e-commerce.

Un panier moyen de 1250 € pour la clientèle chinoise

Par ailleurs, il s’attend à ce que les événements liés aux Gilets jaunes aient un effet sur la clientèle internationale dans les semaines qui viennent, notant que les réservations hôtelières sont en recul de 20% à 30%. Les images diffusées sur les réseaux sociaux ont un effet amplificateur à l’étranger qui n’est pas forcément perçu en France.

La clientèle étrangère est importante pour Le Printemps. Elle pèse environ 40% du chiffre d’affaires. Les Chinois représentent un petit peu moins de la moitié de cette clientèle. « Les Chinois ont une très forte appétence pour les marques de luxe, les marques internationales et pour des catégories de produits, tels que les sneakers, c’est-à-dire les baskets » relève le dirigeant. Les Chinois sont amateurs de marques souvent « logotisées » et pour beaucoup de la maroquinerie. « Leur niveau de panier moyen est de 1250 €. La clientèle moyen-orientale est également importante. Son niveau de panier moyen atteint 8000 € » conclut le DG.

Le groupe Le Printemps réalise 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires et gère 19 magasins sous cette marque en France avec 3000 collaborateurs. Le magasin du Printemps Haussmann dispose de 50 000 m2 de surface de vente répartie sur 3 bâtiments et 25 étages. Dans les périodes comme les fêtes de Noël, Le Printemps reçoit 180 000 personnes par jour. Le groupe gère 1 million de références produits et 2500 marques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *